Jean-Pierre Blackburn observateur à l'élection haïtienne

Jean-Pierre Blackburn.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Jean-Pierre Blackburn.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Pierre Blackburn retourne en Haïti. Il observera le second tour de l'élection présidentielle pour la Parlamericas (Parlementaire des Amériques) afin de s'assurer que tout se déroule dans les règles de l'art.

L'ancien député fédéral de Jonquière-Alma en sera à un second séjour dans la perle des Antilles. Il y avait séjourné du 20 au 29 octobre dernier pour le premier tour de l'élection présidentielle.

«Je quitte mercredi. Nous allons nous préparer durant quelques jours. Le deuxième tour se déroule dimanche (24 janvier). Le vote commence à 6 h du matin. Je serai assigné à un premier bureau de scrutin afin de vérifier si tout le matériel pour l'élection est sur place, pour s'assurer que les scrutateurs ont le nombre de bulletins de vote requis et divers autres détails», mentionne M. Blackburn.

«Je devrais avoir à faire une dizaine de bureaux de scrutin durant la journée. Chaque fois, ce sera le même rituel. Les questions sont réparties sur quatre pages. C'est du sérieux. À la fin de la tournée, je reviens à l'endroit où la journée a commencé et je m'assure à nouveau que tout s'est déroulé correctement», indique celui qui a occupé divers postes de ministres durant sa carrière politique fédérale.

Jean-Pierre Blackburn précise aussi que la sécurité des observateurs demeure la grande priorité durant le séjour en Haïti.

Si des observateurs sont nécessaires, c'est qu'une élection présidentielle, dans un pays comme celui-là, peut amener son lot de surprises et d'inquiétude.

«Durant la formation que nous avons obtenue en octobre, il est clair que notre sécurité est un point majeur. Si nous pensons que nous pouvons être en danger, nous avons l'obligation de ne pas y aller et de nous retirer.»

«Au premier tour de l'élection, il n'y a rien eu de répréhensible dans le secteur où je me trouvais. Mais la crainte est toujours là. Si nous sentons le danger, on n'y va pas, c'est tout», note l'ancien ambassadeur du Canada à l'UNESCO.

Celui-ci rappelle que les membres du Parlamericas participent à l'élection présidentielle uniquement à titre d'observateurs. Les participants y prennent des notes, regardent la façon dont l'élection se déroule et rédigent un rapport à la fin de la mission d'observation pour éventuellement apporter des améliorations.

Si les dépenses des participants sont défrayées par l'organisme, Jean-Pierre Blackburn y participe bénévolement. Il dit avoir reçu beaucoup de la société et estime que c'est à son tour d'en redonner un peu.

À RDI

Dans un autre ordre d'idée, Jean-Pierre Blackburn participera à l'émission des Ex à RDI dès le jeudi 28 janvier.

«J'y serai une fois par semaine afin de parler de l'actualité politique. Et la saison s'annonce intéressante avec les décisions que prendra le gouvernement de M. Trudeau, la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, le congrès du PCC à Vancouver et l'accord Canada-Transpacifique. Je pense que ce ne sont pas les sujets qui vont manquer», mentionne M. Blackburn.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer