Une résidence pour aînés à Jonquière

Le centre-ville de Jonquière en vue aérienne.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le centre-ville de Jonquière en vue aérienne.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le projet de revitalisation du centre-ville de Jonquière commence à se préciser alors que les hommes d'affaires Hughes Harvey et Yvan Bergeron sont en discussion avec des promoteurs en vue de la construction d'une nouvelle résidence pour personnes âgées autonomes et semi-autonomes de 120 à 140 chambres nécessitant un investissement d'environ 20 M$.

Le projet, très embryonnaire, selon M. Bergeron, a fait l'objet de rencontres avec deux groupes intéressés à acquérir le fond de terrain dans le secteur rocheux de l'ancien immeuble CKRS-TV. Le 13 octobre dernier, le projet de revitalisation du quadrilatère Colbert, Saint-Hubert, Saint-Léon et Saint-Dominique a été annoncé en grande pompe par le maire Jean Tremblay en compagnie des deux hommes d'affaires. «Des gens regardent ce qu'il y a dans la région. Il s'agit d'un terrain près de tous les services. Des gens qui perdent de la mobilité au niveau physique veulent être au centre-ville et non à une demi-heure de marche des services. Des gens analysent et regardent les possibilités de subventions avec la ville.»

Son associé, Hughes Harvey, se montre optimiste puisqu'il croit que le marché de la résidence pour personnes âgées de deuxième génération est en train de s'ouvrir depuis que le gouvernement a imposé de nouvelles normes aux propriétaires, et ce, à la suite de la tragédie de L'Isle-Verte qui a fait plusieurs victimes. «Il y a de plus en plus de résidences pour personnes âgées à vendre ou à fermer. Il n'y a pas de hausse du parc immobilier. Il s'en construit de nouvelles pour remplacer les résidences les plus désuètes qui auront besoin d'être mises aux normes avec des systèmes de gicleurs», souligne l'homme d'affaires, citant en exemple quelques résidences du secteur qui fermeront des chambres pour toutes sortes de raisons.

Mauvaises surprises

L'intention des promoteurs d'acquérir l'immeuble de l'ancien Potvin et Bouchard se bute toutefois à quelques difficultés, qui relèvent du cauchemar, selon M. Harvey. L'examen des titres a permis de constater que l'immeuble, ainsi que la rue Colbert elle-même, ont été érigés en partie sur l'emprise de la voie ferrée du Canadien National, qu'il y a présence d'une ancienne desserte ferroviaire enfouie sous l'asphalte avec ses dormants enduits de créosote contaminant le sol et qu'en plus un tuyau d'égout municipal se trouve sous l'immeuble.

M. Harvey a précisé que les promoteurs travaillent avec des fonctionnaires de la ville, dont François Hains, afin que la mise en chantier de la résidence puisse être réalisée cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer