Ligne Chamouchouane/Bout de l'île

Une manne pour la région

Au moment où l'industrie de la construction traverse une période creuse, bien... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Au moment où l'industrie de la construction traverse une période creuse, bien du travail attend les firmes oeuvrant dans le déboisement, le montage d'acier et les travaux d'électricité industrielle d'ici 2018. La construction de la ligne électrique à 735 kV Chamouchouane/Bout de l'île débutera au printemps. Il s'agit d'un projet de 1,35 million$ d'Hydro-Québec qui reliera le Lac-Saint-Jean au nouveau poste Judith-Jasmin, dans la municipalité de Terrebonne.

Selon les informations contenues dans la planification des appels de propositions d'Hydro-Québec Équipements et services partagés pour la prochaine année, ce sont une dizaine de contrats, dont la valeur globale peut varier entre 129 M$ et 222 M$, qui seront accordés en 2016 pour la construction de cette ligne dont la principale fonction sera de renforcer le réseau de transport du sud de la province. Cette section du réseau est rendue plus vulnérable en raison de la hausse de transit d'électricité provenant des nouvelles centrales de production comme celles du Complexe La Romaine ou des parcs éoliens.

Il faut savoir que le poste Chamouchouane est un noeud du réseau qui est déjà soumis à des contraintes. Il s'agit d'une étape majeure du transit de l'électricité avec trois lignes à 735 kV en provenance de la Baie-James. Une ligne à 735 kV le relie au poste Saguenay. Ce dernier est également interconnecté avec le poste Micoua par une ligne de transport en provenance de la Côte-Nord et avec le poste de la Jacques-Cartier, dans la région de la Capitale-Nationale. Deux autres lignes à 735 kV se dirigent du poste Chamouchouane vers le poste de la Jacques-Cartier, pour alimenter le sud du Québec. Enfin, à l'ouest du poste de la Chamouchouane, trois autres lignes de transport à 735 kV transitent une autre partie de l'électricité de la Baie-James.

Risque

Hydro-Québec justifie le projet de nouvelle ligne en argumentant que la perte temporaire de deux lignes à 735 kV en provenance de la Baie-James pourrait avoir des conséquences sur la fiabilité de l'approvisionnement et, ainsi, provoquer des pannes de courant ou des variations de tension.

Depuis 1994, aucune nouvelle ligne de transport ne s'est ajoutée au réseau québécois, malgré l'entrée en service de quelque 4300 MW de nouvelle production.

Selon les informations transmises par Serge Abergel, porte-parole d'Hydro-Québec, la pointe des travaux pour la mise en place des 900 pylônes étalés sur 400 km sera atteinte en 2017-2018 avec la présence de plus de 1500 travailleurs.

M. Abergel concède que les entreprises sous-traitantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean peuvent avoir un certain avantage dans la mesure où les travaux ont comme point de départ le poste Chamouchouane puisqu'elles auront la chance d'être mobilisées les premières sur le terrain.

Les premiers appels d'offres seront publiés en avril pour l'octroi de contrats dans la section I du projet qui correspond au départ du poste Chamouchouane jusqu'au kilomètre 80, soit jusqu'aux limites de la région. «Nous publierons les premiers appels d'offres pour un volume de contrat variant entre 40 et 60 M$ dans la section I.»

Une bonne partie constituera des travaux de déboisement dont la valeur variera entre un et trois millions$. La liste prévoit l'octroi d'un contrat de 40 à 60 M$ pour la construction de la ligne entre le poste Chamouchouane jusqu'au réservoir Blanc pour une durée des travaux de 16 mois.

Le porte-parole ajoute que dans le cadre du projet, quatre firmes spécialisées ont été retenues en préqualification pour l'ensemble du projet. Il s'agit du consortium TCI-Arnaud, de Trois-Rivières et Laval, GLR, de Québec, et Tyro et Vallard, établies à Victoriaville. Dans le cas de Vallard, elle a son siège social à Edmonton.

Retombées régionales

Les entreprises régionales qui voudront décrocher des contrats en sous-traitance auront la chance de se faire valoir à l'occasion d'un salon de la sous-traitance qui aura lieu à la mi-mars dans un établissement hôtelier sur le territoire de la MRC Domaine-du-Roy.

Même si Hydro-Québec prévoit des investissements en immobilisations corporelles et en actifs incorporels de l'ordre de 4 G$ pour l'année 2016, les entrepreneurs de la région ne pourront pas compter sur le Complexe la Romaine pour remplir leur carnet de commandes. Seule la phase II de l'excavation du canal de fuite de la centrale Romaine 3 figure à l'agenda de 2016 de même que des travaux du poste de commande d'une valeur de cinq à dix millions$ pour cette même centrale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer