Bonnardel s'attaque au mythe libéral

François Bonnardel rappelle que Philippe Couillard avait promis... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

François Bonnardel rappelle que Philippe Couillard avait promis la création de 250 000 emplois pendant son mandat. Aujourd'hui, le chiffre, selon l'Institut de la statistique du Québec, est de l'ordre de 35 400 emplois créés depuis les dernières élections.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La situation économique alarmante dans laquelle se retrouve le Saguenay-Lac-Saint-Jean suffit à démonter le mythe selon lequel le Parti libéral du Québec est la seule formation politique en mesure de gérer l'économie de la province et attirer des investissements pour créer des emplois.

Francois Bonnardel et Jean-Sébastien David d'Arianne Phosphate. ... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Francois Bonnardel et Jean-Sébastien David d'Arianne Phosphate.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Le député de la Coalition avenir Québec responsable de la région et leader parlementaire, François Bonnardel, était de passage à Chicoutimi, mardi, pour une série de rencontres politiques et économiques. Son séjour doit se poursuivre jusqu'à demain alors qu'il doit aussi avoir des entretiens en lien avec l'élection partielle à venir dans Chicoutimi.

«Il y a une série de statistiques qui illustrent très bien l'incapacité du gouvernement libéral de provoquer une relance. Certes, ils ont effectué beaucoup de travail dans le contrôle des dépenses et je ne m'en plaindrai pas. Mais maintenant, il faut passer à autre chose et c'est un mythe que le Parti libéral est la formation politique qui possède la compétence en matière de développement économique. C'est loin de la réalité et nous allons le démontrer», a déclaré le député caquiste lors de son passage au Quotidien.

En 2015, 115 familles ont remis les clés de leur maison à la banque. C'est la pire année depuis 15 ans. En 2015, la région métropolitaine de Saguenay comptait 3100 emplois de moins qu'en 2014. En 2014 -2015, il s'est créé 81 entreprises de moins dans la région métropolitaine que pendant les deux années précédentes. On pourrait en citer bien d'autres pour illustrer la situation économique très difficile de la région et surtout l'absence de plan gouvernemental pour relancer les grands projets et le secteur manufacturier», poursuit le député.

Arianne Phosphate

À son arrivée à Saguenay, François Bonnardel a rencontré la direction de la minière Arianne Phosphate. Il juge que ce projet est essentiel dans les circonstances et constate malheureusement que les différents ministères du gouvernement du Québec travaillent en silo au lieu de se concerter pour soutenir le développement de cette mine. «Il n'y a pas beaucoup de projets de 1 G$ en ce moment dans la région.»

Le leader parlementaire de la CAQ demeure convaincu que le gouvernement doit donner aux régions les leviers nécessaires pour décider de leur développement économique. Il note le trou béant laissé par la disparition de certains mécanismes pendant que Montréal et Québec sont devenus des pôles majeurs de développement.

Il rappelle que Philippe Couillard avait promis la création de 250 000 emplois pendant son mandat. Aujourd'hui, le chiffre, selon l'Institut de la statistique du Québec, est de l'ordre de 35 400 emplois créés depuis les dernières élections.

Pendant la même période, reprend le caquiste, le gouvernement libéral a augmenté le fardeau fiscal des ménages québécois de 1500$ par des augmentations de tarifs, d'électricité et surtout pas le non-respect d'abolir la taxe santé.

Francois Bonnardel et Jean-Sébastien David d'Arianne Phosphate. ... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Francois Bonnardel et Jean-Sébastien David d'Arianne Phosphate.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Élections partielles: pas question d'un rôle de figurant

La Coalition avenir Québec ne fera pas oeuvre de figurant pendant les prochaines élections partielles dans le comté Chicoutimi laissé vacant depuis la démission du député péquiste Stéphane Bédard.

Le leader parlementaire de la CAQ admet que cette élection partielle a valeur de symbole dans les circonstances. La formation dirigée par François Legault entend donc déployer tout ce qu'il faut pour tenter de démontrer à l'ensemble du Québec qu'elle a ce qu'il faut pour aspirer à former le prochain gouvernement du Québec.

François Bonnardel a confirmé que son séjour à Chicoutimi lui permettait de rencontres des candidats et candidates potentiels. Il a toutefois refusé d'identifier ces personnes pour le moment puisque la démarche n'est pas encore terminée.

Tous les partis politiques à l'exception du Parti québécois sont conscients que la fenêtre n'a jamais été aussi bonne pour ce comté qui n'a élu que des députés unionistes et péquistes depuis 1935. La CAQ, tout comme le parti libéral, entend compter sur le mécontentement des souverainistes à l'endroit du chef Pierre Karl Péladeau pour le traitement qu'il a réservé à Stéphane Bédard en le reléguant de leader parlementaire à simple député.

La CAQ est également consciente qu'une défaite des péquistes dans Chicoutimi hypothéquerait sérieusement les chances de la formation péquiste pour le scrutin de 2018, donnant ainsi l'occasion à la CAQ de faire le plein du vote nationaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer