L'ERD se questionne sur l'octroi du contrat

Josée Néron... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Josée Néron

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le fait que Saguenay paiera plus de deux fois le prix estimé pour la gestion et l'opération du Centre de tri par Services Matrec, seul soumissionnaire, du 1er janvier 2016 au 31 janvier 2017 soulève les questions de l'Équipe du renouveau démocratique et sa chef, Josée Néron.

À la fin de l'année 2015, la division de l'approvisionnement de la Direction des finances de la ville a fait paraître un appel d'offres pour la fourniture des services de gestion et opération du centre de tri, et ce, pour les 13 prochains mois. Le 2 décembre, le comité exécutif a adopté une résolution accordant le contrat alors que seule Matrec a déposé une soumission au prix total de près de 1,4 M$ incluant les taxes, ce qui est plus de deux fois les estimations effectuées par les services.

En entrevue, Mme Néron a demandé pourquoi le contrat avait été accordé étant donné qu'un seul soumissionnaire a déposé un prix et pourquoi le processus n'a été pas été annulé, d'autant plus qu'un dépassement de 900 000$ a été constaté.

En 2010, Matrec avait décroché le contrat de gestion et d'opération du centre de tri pour une période de cinq ans en déposant un prix de 2 398 408$, sous l'estimation de 3 M$ qui avait alors été faite, soit près de 480 000$ par année.

Interpellé lors de la séance du conseil municipal, le maire Tremblay a mentionné qu'il ne possédait pas tous les éléments en mains pour répondre à la question.

Règlement hors cour

Saguenay a conclu un règlement hors cour avec l'entreprise Nolitrex qui réclamait une somme de 1,1 M$ en dommages à la suite d'un dégât d'eau survenu le 12 février 2009. L'inondation a eu lieu à la suite d'un bris d'une conduite d'eau de douze pouces. En août 2008, Nolitrex avait demandé à ce que l'on procède à la fermeture d'une valve sans tenir compte de la présence d'une seconde valve de sorte que l'eau n'a pas été complètement fermée.

Nolitex touchera 325 000$ en vertu du règlement intervenu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer