La CSN poursuit la mobilisation

Le président du Conseil central de la CSN... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président du Conseil central de la CSN au Saguenay-Lac-Sait-Jean, Engelbert Cottenoir, est entouré d'Alexandre Fecteau, vice-président secteur municipalités de la FEESP, et du vice-président de la fédération, Yvon Gobeil.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fédération des employés de services publics affiliée à la CSN mène une vaste tournée de mobilisation auprès des syndicats des employés municipaux pour contrer la volonté de Québec d'accorder aux conseils municipaux le droit de décréter les conditions de travail des fonctionnaires cols bleus et blancs.

Dans la région, la Fédération représente pas moins de 600 employés dans une dizaine de syndicats, dont le plus important, à la ville de Saguenay, est en ce moment en négociations. D'entrée de jeu, les dirigeants syndicaux considèrent que la perte du droit de négocier une convention collective va à l'encontre des droits fondamentaux et constitue donc un recul majeur.

«Lors de l'adoption du pacte fiscal l'an dernier, Québec a diminué de 1,2 milliard$ les transferts aux municipalités. En retour, le gouvernement a assuré les municipalités qu'elles seront en mesure de récupérer ces montants avec des économies dans les conditions de travail des travailleurs. Nous ne laisserons pas passer cette volonté de refiler aux travailleurs cette facture», a déclaré le vice-président de la FEES-CSN, Yvon Gobeil.

Nouvelle attaque

Le leader syndical soutient qu'il s'agit d'une deuxième attaque en règle du gouvernement Couillard contre les travailleurs des municipalités. Ces derniers ont encore frais en mémoire la Loi 15 qui a modifié radicalement les dispositions des règles entourant les régimes de retraite dans le secteur municipal. «On a adopté cette loi pour intervenir alors que les régimes de retraite négociés librement dans les municipalités n'étaient aucunement problématiques», a ajouté le vice-président.

Les dirigeants syndicaux n'ont toujours pas en main le contenu du projet de loi qui sera déposé à l'Assemblée nationale au printemps. Ils sont toutefois convaincus que le gouvernement leur réserve une très mauvaise surprise, surtout lorsqu'ils constatent la satisfaction des maires Denis Coderre et Régis Labeaume lors de l'annonce de la signature du pacte fiscal.

«Ce ne sont pas tous les maires qui ont accepté le pacte fiscal avec joie comme les maires de Québec et Montréal. Certains, comme le maire de Trois-Rivières, ont même critiqué le pacte fiscal», reprend le vice-président. Plusieurs maires craignent qu'un tel changement dans les relations de travail génère plus des problèmes qu'il n'apporte de solution.

De son côté, le président du conseil central CSN de la région, Engelbert Cottenoir, condamne le populisme de certains élus municipaux du Québec à l'endroit des fonctionnaires municipaux. Il considère que l'attaque du gouvernement à l'endroit du droit de négocier librement des travailleurs ne passera pas comme une lettre à la poste. La CSN s'inquiète de l'effet d'une telle vision pour l'ensemble des négociations dans les secteurs public et privé.

Conditions de travail

Les dirigeants syndicaux rejettent les arguments régulièrement utilisés par les politiciens voulant que les fonctionnaires municipaux bénéficient de conditions de travail supérieures à celles des travailleurs dans des emplois similaires dans le secteur public et même comparativement au secteur privé. Le vice-président de la FEESP ne conteste pas ce fait. Selon lui, ça ne signifie pas que ces derniers doivent accepter de diminuer ces conditions pour être sur le même pied que ceux qui ont de moins bonnes conditions de travail.

En conclusion, le président du conseil central régional met en garde la population contre les raisonnements simplistes de certains élus municipaux. L'appauvrissement de la fonction publique municipale, selon les propos d'Engelbert Cottenoir, contribuera à appauvrir la collectivité.

«Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, selon l'Institut de la statistique du Québec, le salaire moyen a augmenté de 1,2% en 10 ans. Dans la région de Québec, il a augmenté de 8,6% pendant la même période.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer