Scierie à La Doré: le maire demeure confiant

Le maire de La Doré Jacques Asselin ne désespère pas de voir se concrétiser la... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le maire de La Doré Jacques Asselin ne désespère pas de voir se concrétiser la construction d'une scierie de bois de palettes de 16 M$, même si le projet n'a pas été retenu par le gouvernement dans la liste de ceux ciblés pour la valorisation du feuillu dans la région.

« Nous avons un plan B. Nous sommes à la recherche d'autres partenaires qui pourraient s'impliquer financièrement ou fournir du bois. Le promoteur a aussi des questions à poser aux personnes qui ont fait l'analyse. Il pense, comme moi, qu'il y a encore du bois de disponible », a affirmé Jacques Asselin.

À ce sujet, lors d'une entrevue avec Le Quotidien, le premier ministre Philippe Couillard avait affirmé que les cinq projets retenus allaient transformer les 329 000 mètres cubes de bois qui étaient alloués à l'usine de panneaux de Chambord de Louisina-Pacific.

L'entreprise New Forest Industries demandait au gouvernement un approvisionnement de 205 000 mètres cubes pour fabriquer de la palette pour une entreprise de Drummondville. Une partie des résidus auraient été utilisés en biomasse pour l'usine de cogénération de Saint-Félicien.

Le maire de La Doré, Jacques Asselin... (Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Le maire de La Doré, Jacques Asselin

Archives Le Quotidien

« Je ne désespère pas, car le premier ministre a dit que ça ne voulait pas dire que le projet de La Doré ne se réaliserait pas. Nous avons tout de même des questions. On nous a dit que le financement du projet n'est pas attaché. Pourtant, ceux annoncés ne semblent pas plus attachés. Du moins, celui de l'entreprise que l'on ne connaît pas qui veut s'installer à Chambord », mentionne le magistrat.

Il faut noter que New Forest Industries demandait de l'aide des gouvernements pour plus de la moitié de la valeur des 16 M$ du coût d'implantation de la scierie, ce qui a pu jouer en défaveur du projet.

Jacques Asselin demeure patient, car les cinq projets annoncés par le gouvernement ont jusqu'à la fin de l'année pour se concrétiser, sinon ils perdront le bois qui leur est réservé. « À ce moment, c'est peut-être notre projet qui serait sélectionné », espère-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer