2015: une dure année économique

Les employés de garage en lock-out devraient retourner... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Les employés de garage en lock-out devraient retourner au travail en janvier.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne se sera pas démarquée par des performances resplendissantes au cours de l'année 2015 puisqu'elle aura continué à encaisser les contrecoups de la mutation industrielle conjugués au climat économique mondial qui favorise une baisse des prix des matières premières.

Ces phénomènes auront eu pour effet d'entraîner une baisse de la population active dans la région qui est passée de 143 300 personnes en novembre 2014 à 139 300 en novembre dernier. Il en va de même pour le nombre d'emplois qui enregistre une baisse de 1600 pendant la même période selon les données de l'Institut de la statistique du Québec. Le taux de chômage en baisse à 8,5 % en novembre 2015 comparativement à novembre 2014 (9,9%) indique possiblement que des personnes se sont découragées de trouver un emploi.

La fermeture annoncée en juin par Graphic Packaging... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 2.0

Agrandir

La fermeture annoncée en juin par Graphic Packaging de la Cartonnerie de Jonquière a pris tout le monde par surprise.

Archives Le Progrès-Dimanche

Parmi les faits saillants, la région a continué de perdre des plumes dans le domaine de la foresterie et la production de pâtes et papiers avec la fermeture annoncée en juin par Graphic Packaging de la Cartonnerie de Jonquière tandis que l'incertitude règne toujours quant au sort des machines de la papeterie d'Alma. La lutte entre Produits forestiers Résolu, Greenpeace, les autochtones et les gestionnaires de la norme FSC aura défrayé la manchette, ajoutant à l'incertitude dans le secteur.

Aluminium

Le secteur de la production de l'aluminium n'est pas en reste avec la perte d'un important contrat survenu à l'Usine Dubuc de Rio Tinto Alcan, pourtant considéré comme un joyau du secteur de la transformation. La fin de l'année a permis de calmer les inquiétudes quant au déclenchement d'un nouveau conflit majeur dans la région avec les ententes survenues avec les huit unités syndicales renouvelant leur convention collective.

Ce conflit serait venu amplifier les effets du lock-out touchant les travailleurs du secteur automobile qui ont perdu en 33 mois un total de 307 899 heures, ce qui en fait l'un des plus longs à survenir au Québec depuis une quinzaine d'années. La bonne nouvelle réside dans l'espoir que la Loi 71 trouve sa pleine application à la fin janvier avec le retour au travail imposé par l'Assemblée nationale.

Le fabricant de produits mécano-soudés Remac a dû... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 4.0

Agrandir

Le fabricant de produits mécano-soudés Remac a dû fermer ses portes en 2015.

Archives Le Progrès-Dimanche

Des faillites

La région a connu sa part de disparition d'entreprises parfois renommées à la suite de faillites, avec notamment celles du fabricant de produits mécano-soudés Remac, de Services industriels HPL, Granules internationales de Mashteuiatsh, Chalets et Spa Lac Saint-Jean. Pour sa part, le fabricant de vêtements Chlorophylle, qui s'est placé sous la protection de la loi sur la faillite et l'insolvabilité au début décembre, bénéficie d'un sursis de 45 jours dans le but de trouver une entente avec ses créanciers, selon ce que rapportait Radio-Canada mercredi.

Le prolongement de l'autoroute 70 représente un des... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 5.0

Agrandir

Le prolongement de l'autoroute 70 représente un des rares chantiers majeurs actifs.

Archives Le Progrès-Dimanche

Parmi les projets d'infrastructures publiques qui ont permis le maintien d'une certaine activité, on compte les travaux de construction de la prison de Roberval qui vient d'être terminée, ceux de l'autoroute 70 dans le secteur La Baie en plus du parc éolien Rivière-du-Moulin auxquels s'ajoute la construction du complexe de serres Toundra à Saint-Félicien.

L'année 2015 a pris fin sur une note d'espoir avec la signature d'une entente régionale qui centralisera la disposition des déchets à Hébertville-Station, mais surtout avec l'obtention par la minière Arianne Phosphate du décret environnemental autorisant la concrétisation du projet de mine d'apatite du Lac-à-Paul au coût de 1,2 G$. Les gestionnaires du projet ont maintenant toutes les cartes en main pour attirer un investisseur dans le projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer