En bref

Un lampadaire s'est effondré sans raison apparente, mardi matin, sur le... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un lampadaire s'est effondré sans raison apparente, mardi matin, sur le boulevard Tadoussac, à Chicoutimi-Nord.

L'incident, qui s'est avéré sans conséquence, est survenu à la hauteur de l'ancienne église Saint-Luc. À la Sécurité publique de Saguenay, le lieutenant André Gagné a affirmé qu'il n'y avait aucune trace de véhicule ou de collision sur le lampadaire.

«Est-ce qu'il y aurait eu un contact avant la neige? Peut-être, mais il n'y avait aucun dommage. Le dossier est donc entre les mains du service des immeubles de la Ville de Saguenay», a-t-il informé.

Du côté de l'administration municipale, le porte-parole Jeannot Allard a dit que Saguenay était informée de la situation, mais qu'il n'était pas en mesure de fournir de plus amples informations à court terme.

Il s'agit du troisième incident du genre, alors qu'un lampadaire s'est effondré le 11 novembre dans le stationnement du centre commercial Place du Saguenay de Chicoutimi. Le 6 mai, un lampadaire du ministère des Transports avait endommagé une automobile sur le boulevard Sainte-Geneviève. Ces trois événements soulèvent des questions quant à l'entretien des lampadaires en sol saguenéen.

Niveau du lac

Le niveau du lac Saint-Jean est plus bas qu'à son habitude, en raison d'un automne plutôt sec. Selon le bulletin À prop'EAU, diffusé par Rio Tinto Alcan, le niveau du lac se situait sous la normale à 14,48 pieds le 1er décembre. Par contre, la réserve amont était à un niveau légèrement supérieur à la normale. Les débits des rivières se sont maintenus assez bas tout l'automne, compte tenu des faibles précipitations enregistrées. Par ailleurs, les températures ont été généralement plus chaudes que la normale, alors que les apports non contrôlés ont été inférieurs aux moyennes à long terme

Le BST enquête

(Presse Canadienne) - Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports (BST) poursuivent leur travail en vue de déterminer les causes et les circonstances de l'écrasement d'un petit avion monomoteur, lundi, près de l'aéroport de Mascouche, dans la région de Lanaudière. Il était encore beaucoup trop tôt, mardi, pour avoir une idée de ce qui a pu se passer. L'appareil, un Mooney M20k, s'est écrasé vers 17h, tuant le pilote, un homme de 40 ans. Heureusement, son fils de neuf ans, qui se trouvait aussi à bord, a survécu à ses blessures et repose maintenant dans un état stable à l'hôpital, où l'on ne craint pas pour sa vie.

Motoneige enlisée

Un père et son fils de sept ans ont été secourus par les pompiers de Saguenay, à Lac-Kénogami, mardi soir. Leur motoneige s'est enlisée en début d'après-midi dans un sentier de motoneige, entraînant un problème mécanique. Le paternel a alors contacté sa conjointe pour l'avertir. Selon le lieutenant Denis Harvey de la Sécurité publique de Saguenay, à 17h, la dame a téléphoné aux autorités, puisqu'ils tardaient à rentrer et que les piles de leur cellulaire étaient vides. Les pompiers sont donc intervenus pour aller chercher les deux individus, qui se trouvaient à environ deux kilomètres de la route. «Nous sommes allés à leur rencontre. Ils étaient en train de se perdre. Ils sont sains et saufs. Ils étaient seulement fatigués, car ils ont marché plus de deux heures et ils étaient un peu déshydratés», a informé Jean-Guy Frappier, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Saguenay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer