Arianne Phosphate: le ministre Heurtel interpellé

L'Organisme de bassin versant du Saguenay demande au ministre du Développement... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

L'Organisme de bassin versant du Saguenay demande au ministre du Développement durable et de l'Environnement, David Heurtel, de retarder sa décision concernant le projet de mine d'apatite du lac à Paul d'Arianne Phosphate.

Mardi dernier, le gouvernement du Québec a adopté le décret environnemental autorisant l'ouverture et l'exploitation de cette future mine sur les monts Valin, un projet qui devrait se traduire par un investissement de 1,2 milliard$. Toutefois, Québec a autorisé le projet sans tenir compte de l'avis du BAPE, qui jugeait que le projet ne devait pas être autorisé avant que le port qui sera construit pour exporter le minerai soit soumis à une évaluation environnementale québécoise. C'est pour cette raison que l'Organisme de bassin versant (OBV) du Saguenay demande maintenant au ministre de revoir sa décision.

Au mois d'octobre dernier, la commission d'enquête du BAPE concluait que l'autorisation du projet minier d'Ariane Phosphate devrait être conditionnelle à un examen environnemental public du projet de terminal maritime à Sainte-Rose-du-Nord, à la satisfaction du gouvernement du Québec, qui aurait alors toutes les informations écologiques, sociales et économiques nécessaires à sa prise de décision. «La commission d'enquête estime que, dans une perspective de développement durable, les trois composantes du projet, soit le site minier, le tracé choisi pour le transport du concentré et le terminal maritime, forment un tout indissociable pour la prise de décision gouvernementale», pouvait-on lire dans un communiqué émis par le BAPE.

L'OBV Saguenay souhaite donc que le ministre Heurtel attende les résultats de l'analyse environnementale du projet de terminal maritime à Sainte-Rose-du-Nord, présentement réalisée par le gouvernement fédéral, avant de donner l'autorisation finale du projet minier d'Ariane Phosphate.

«Dans une perspective de développement durable, le ministre et le gouvernement du Québec auront alors toutes les informations écologiques, sociales et économiques nécessaires à leur prise de décision, comme le souligne bien pertinemment la Commission dans son rapport d'ailleurs», a affirmé le directeur général d'OBV Saguenay, Marco Bondu, par voie de communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer