Charles Cantin, l'avocat globe-trotter

Au cours de ses 24 années de carrière d'avocat, Me Charles Cantin a défendu de... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au cours de ses 24 années de carrière d'avocat, Me Charles Cantin a défendu de nombreux criminels en allant du meurtrier au trafiquant de stupéfiants, en passant par le voleur à la tire et l'agresseur sexuel. Mais il a aussi pimenté sa vie de nombreux voyages à travers le monde.

L'avocat globe-trotter a parcouru, jusqu'ici, la moitié de la planète. Et il n'a pas l'intention de s'arrêter.

«J'aime toutes les sortes de voyage, mais ceux que je préfère sont ceux où les chemins sont plus difficiles. Où la nature est moins touchée par les facteurs externes. J'aime beaucoup la montagne. Je me suis rendu sur l'Himalaya, les Alpes suisse, le mont Blanc, le Vésuve, l'Etna et les cordillères Royale et des Andes. C'est là où la nature est la plus totale», lance le criminaliste.

D'ailleurs, tout récemment, Charles Cantin s'est retrouvé en Patagonie et il s'est rendu sur la calotte glacière, en Antarctique. Comme voyage hors de l'ordinaire, cela en fut tout un.

Le criminaliste devant un glacier en Bolivie, là... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Le criminaliste devant un glacier en Bolivie, là où il peut se couper du monde.

Photo courtoisie

«J'aime aussi la mer pour la plongée sous-marine. Et là aussi, les endroits les plus intéressants sont ceux qui n'ont pas été trop touchés par les facteurs externes. En fait, les endroits les plus attirants sont ceux qui sont les plus vierges possible», poursuit le voyageur sans frontière.

Il y a longtemps que Charles Cantin se promène aux quatre coins de la planète. Avant de passer son barreau, Me Cantin était allé passer quelques mois en Europe et avait visité l'Asie Mineure.

En somme, au lieu d'investir dans la motoneige ou la moto, Charles Cantin a préféré remplir ses yeux des plus belles images du monde et de s'ouvrir aux autres peuples.

«C'est un loisir naturel avec la profession que j'exerce. En étant loin du bureau, je me coupe complètement du monde. Si je voyage au Québec ou au Canada, je suis facile à joindre. Mais c'est plus difficile aux Îles Maldives, au Tibet, en Égypte ou en Indonésie.»

«Mais au-delà de cet aspect, j'adore me retrouver dans des territoires non traditionnels. J'aime aussi Paris ou Buenos Aires, ces endroits que je visite lorsque je suis en transit. Dans le dernier périple, je me suis arrêté à Valparaiso (Chili), la seule ville probablement inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO pour ses graffitis sur les murs. Il s'agit d'une ville extraordinaire», note-t-il.

Une rencontre impressionnante et mémorable pour le globe-trotter... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Une rencontre impressionnante et mémorable pour le globe-trotter Charles Cantin en Inde.

Photo courtoisie

Lors d'un voyage au Népal, Me Charles Cantin... (Photo courtoisie) - image 3.1

Agrandir

Lors d'un voyage au Népal, Me Charles Cantin a pu prendre un bébé dans ses bras.

Photo courtoisie

Charles Cantin et ses amis Robert Larouche, Richard Morin et Christian Gagnon ont aussi gravi l'Aconcagua à 3500 mètres d'altitude.

«On s'est retrouvés un peu plus près du ciel», dira-t-il.

Dans un précédent voyage, Charles Cantin dit avoir goûté l'un des meilleurs cafés au monde au Népal. Avec l'Inde, il s'agit de l'un de ses plus beaux voyages.

«J'y ai vécu le plus grand paradoxe. Ici on vit très bien. Mais à Bénarès (Inde), les gens vivent avec un seau d'eau et des fleurs. Ils célèbrent la mort chaque jour», raconte-t-il.

Charles Cantin se souviendra particulièrement de ses voyages au Népal (un lever de soleil incroyable aux pieds de l'Everest) et en Inde, mais aussi en Bolivie, Argentine et Chili. Son coup de coeur aura été la Sicile.

Est-ce qu'il est arrivé à Charles Cantin d'avoir peur? Une fois dans l'ancienne Union des républiques socialistes soviétiques.

«Je n'avais pas de visa pour m'y rendre. Pour entrer, j'ai payé avec de l'argent américain. C'était téméraire. J'étais mal à l'aise de passer la frontière au retour. Je me suis fait voler aussi quelques fois durant les voyages.»

«J'ai vécu des choses particulières comme planter ma tente sur un pétrolier entre l'Italie et la Grèce. J'ai couché dans des parcs, chez des habitants et dans la savane», conclut-il.

Charles Cantin a voyagé beaucoup avec ses trois grands amis. «Mais ma meilleure compagne de voyage, c'est ma blonde, Dany Dumais.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer