RTA: les ententes approuvées

Patrice Girard, président du Syndicat Énergie électrique nord,... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Patrice Girard, président du Syndicat Énergie électrique nord, a procédé à la signature de la nouvelle convention collective moins de 36 heures après l'entente de principe intervenue avec RTA.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les 1150 travailleurs de Rio Tinto Alcan (RTA) membres de la Coalition intersyndicale ont accepté massivement les ententes de principe négociées par leur exécutif syndical au cours des derniers jours avec des taux d'acceptation variant de 67% à 100%, selon les différentes unités.

Les 1150 travailleurs de Rio Tinto Alcan (RTA)... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Très tôt jeudi matin, les représentants des huit unités syndicales ont procédé à la signature des nouvelles conventions avec la partie patronale, mettant ainsi un terme à une année et demie de négociations intenses, a mentionné Alexandre Fréchette, porte-parole de la coalition, lors d'une conférence de presse avec les représentants de chaque syndicat.

Parmi eux, Patrice Girard, président du Syndicat Énergie électrique nord (STEEN), s'est dit particulièrement soulagé puisque l'entente de principe est intervenue dans la nuit de mercredi, étant ainsi le dernier syndicat à conclure.

Traçant un bref historique de la négociation, M. Fréchette a rappelé que le noeud de la négociation a été le fonds de pension dans le contexte de l'adoption du projet de loi 57 modifiant le financement et les garanties entourant les fonds de pension. «Ç'a été le chambardement majeur pendant la négociation. On n'a aucune perte au niveau des emplois. Au départ, l'employeur voulait envoyer 50% de la main-d'oeuvre en sous-traitance à Énergie électrique nord. Par contre, les comités permanents des changements continueront à travailler. Il y a des mouvements qui pourront être faits, mais ça pourra se faire par les comités de changement», a mentionné M. Fréchette.

Selon lui, cette dernière négociation devrait avoir réglé pour plusieurs décennies toute la question des fonds de pension avec la mise en place d'un nouveau régime pour les nouveaux travailleurs à compter du 1 er janvier 2017. «On ne voulait pas se ramasser avec un régime pour les nouveaux employés. On a obtenu un 2e régime, mais à une seule vitesse. On a maintenant un régime financé de façon robuste», affirme Patrice Girard, président du STEEN.

Les représentants se sont dits fiers également d'avoir pu obtenir certains gains pour les retraités au chapitre de la couverture de l'assurance-vie, que l'employeur voulait réduire à 10 000$. «On a pesé fort pour maintenir la couverture à 20 000$», a indiqué M. Fréchette.

La conférence de presse a été l'occasion pour la coalition de lancer une invitation aux travailleurs du Complexe Jonquière afin qu'ils se joignent à elle au moment de la prochaine négociation. «On comprend que les enjeux sont différents tout comme le contexte de travail. Je crois que lors d'un prochain rendez-vous, on aura intérêt à être tous ensemble. Unis, on sera toujours plus forts».

Même si toutes les conventions collectives ont été ratifiées, la négociation n'a pas permis de faire le nettoyage complet des griefs en cours dans le cadre d'un règlement global, même si la volonté était présente. M. Fréchette a mentionné qu'à l'Usine Alma, jusqu'à 1000 griefs ont été déposés, un nombre réduit à une centaine. D'autres unités ont également des griefs en cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer