Le STEEN obtient gain de cause

Le président du Syndicat des travailleurs d'énergie électrique... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le président du Syndicat des travailleurs d'énergie électrique Nord, Patrice Girard.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Syndicat des travailleurs d'Énergie électrique nord (STEEN), qui a conclu une entente avec Rio Tinto Alcan dans la nuit de mardi à mercredi, a obtenu gain de cause dans sa demande phare concernant le recours à la sous-traitance. Au final, aucun emploi ne sera donné en sous-traitance.

Membres de la coalition, les travailleurs d'Énergie électrique nord étaient exclus de l'entente de principe survenue entre Rio Tinto Alcan et la coalition des syndicats le 16 décembre. Les deux parties ne s'entendaient pas sur certains éléments qui concernaient leur convention collective locale, principalement en matière de diminution du nombre d'employés et de recours à la sous-traitance. Ceux-ci estimaient que les demandes de RTA touchaient 50% des travailleurs membres de leur syndicat.

Après avoir conclu une entente de principe dans la nuit de mardi à mercredi, le STEEN a présenté aux travailleurs le fruit des négociations. Une entente qui a ravi les membres, a rapporté le président du syndicat, Patrice Girard.

«Les demandes locales étaient peut-être plus grosses que dans les autres organisations. Les négociations ont donc été plus difficiles. L'employeur avait fait une demande de couper 50% d'à peu près 230 travailleurs. Il avait ramené sa demande à envoyer 76 postes en sous-traitance. Il a ravisé à 48, et là, ça tombe à zéro poste envoyé en sous-traitance. C'est un gain, ou une perte évitée, disons», a commenté M. Girard, à l'aube de la dernière assemblée de ratification.

Le représentant estime que son syndicat sort des négociations sans égratignures patentes. «On n'a pas fait beaucoup de concessions. C'est sûr qu'il y a d'autres petits points à régler, on n'a pas tout réglé non plus, mais on a une belle réaction», a-t-il affirmé.

Patrice Girard attribue ce dénouement à la solidarité de ses membres. «Je pense que l'employeur a vu qu'on avait un combat. Il a retiré sa demande. Avec un mandat de 98% en faveur d'une grève, ça doit aider un peu. On a eu une belle solidarité de la part des membres et de la coalition», a-t-il fait valoir.

«Ils vont toujours vouloir continuer d'appliquer des changements, par exemple des changements technologiques. Mais on a solidifié et consolidé notre modèle. Il va rester à faire vivre le modèle. Pour nous, il n'était pas question de concéder des postes par négociations. Je pense que c'est une très bonne entente pour les deux parties», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer