Décès de l'ancien maire d'Alma Gabriel Fortin

L'hôtel de ville d'Alma... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'hôtel de ville d'Alma

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-maire d'Alma, Gabriel Fortin, est décédé, mardi à Alma, à l'âge de 91 ans. Cet agent d'assurance aura marqué à sa façon le monde municipal dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il a su développer un nouveau style de leadership par consensus à la table du conseil de ville et aux instances régionales pour articuler plus efficacement la défense des intérêts supérieurs de la population.

L'historien Gaston Martel d'Alma rappelle que Gabriel Fortin a fait son entrée en politique municipale à titre de conseiller lors des élections de 1971. Après une expérience de quatre ans à la table, il a tenté sa chance à la mairie et l'a emporté sur son adversaire Jean-Claude Lindsay.

Selon l'historien, Gabriel Fortin est arrivé à la mairie la même année qu'une importante grève dans les installations de l'entreprise Alcan à Alma. Pendant toute sa carrière à la mairie, qui prendra fin en 1987, Gabriel Fortin devra composer avec ce géant industriel. Alcan entreprend alors sa phase de modernisation, laquelle aura des conséquences importantes sur les finances municipales et le tissu économique avec une réduction importante des emplois du secteur manufacturier.

Gabriel Fortin a laissé sa trace dans le... (Photo Courtoisie, Andrée Fortin) - image 2.0

Agrandir

Gabriel Fortin a laissé sa trace dans le monde politique municipal pour son sens du compromis.

Photo Courtoisie, Andrée Fortin

« Il arrivait des petites choses à la table du conseil, mais en général, Gabriel Fortin réussissait à obtenir le consensus avec les conseillers et autres élus locaux », indique l'historien.

L'ex-directeur général de la ville aujourd'hui à la retraite, Guy Simard, abonde dans le même sens. « Gabriel Fortin travaillait toujours à obtenir le consensus en comité général avant d'amener un sujet en assemblée publique. Il refusait que les membres du conseil se déchirent sur la place publique », se rappelle celui qui a fait son entrée à la ville au poste de trésorier et qui a fait partie du vent de modernisation de la fonction publique municipale initiée par Gabriel Fortin.

« Le souvenir que j'ai de Gabriel Fortin est le bateau La Tournée. Il a été le défenseur de cette idée et ça ne faisait pas l'unanimité au conseil. Il a malgré tout réussi à rallier tout le monde », rappelle Guy Simard.

Le bateau La Tournée a aussi été au centre d'une réalisation importante sous l'égide de Gabriel Fortin avec le Complexe de la Dam-en-terre, une idée de François Larochelle, aujourd'hui décédé, et qui a pu compter sur le soutien du maire qui vouait un grand respect à ses fonctionnaires.

Le veston

Gabriel Fortin a vécu des moments plus difficiles lors de son dernier mandat alors qu'il a eu à régler le litige sur la contestation des taxes sur les équipements industriels de la compagnie Alcan. Lors de ce règlement, Gabriel Fortin avait senti tout le poids de cette multinationale contre une municipalité qui ne disposait pas de la même capacité financière pour se défendre.

« Je leur avais mentionné qu'il y avait des limites à ne pas franchir pour la capacité des contribuables. À un certain moment vers la fin de la discussion alors que ce n'était jamais assez, j'ai expliqué aux représentants de l'entreprise que j'allais enlever mon veston pour leur donner devant les caméras de la télévision communautaire, et qu'un bonhomme en camisole de mon âge, ce n'était pas très beau », avait raconté le maire à certains journalistes pour illustrer l'ampleur du problème.

Gabriel Fortin s'était alors promis d'aller récupérer coûte que coûte l'argent dans les poches de la multinationale. Quelques mois plus tard, il mettait tout son poids politique dans la balance en imposant à tous les contribuables d'Alma, incluant Alcan, une hausse de la taxe foncière de 17 % lors de l'adoption du budget en expliquant soigneusement son objectif à la population comme il le faisait chaque fois que la ville était confrontée à une grande décision.

L'appel du chef

Pendant le trajet en autobus pour se rendre aux funérailles de René Lévesque, le maire Fortin avait raconté au Quotidien s'être lancé à la mairie d'Alma pour répondre à l'appel du chef souverainiste qui souhaitait la présence d'une nouvelle garde d'élus municipaux aux quatre coins du Québec.

Gabriel Fortin a aussi laissé sa trace dans le monde des affaires. Les membres de la Coopérative des consommateurs d'Alma qui exploitent le IGA Extra d'Alma doivent se rappeler que le président fondateur de cet organisme est nul autre que Gabriel Fortin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer