L'intégrité d'Alexandre Cloutier attaquée

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier... (Archives Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier

Archives Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les procureurs de la Corporation des concessionnaires d'automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean-Chibougamau (CCASLSJC) ont profité de la requête introductive d'instance déposée en chambre civile de la Cour supérieure pour attaquer l'intégrité du député péquiste Alexandre Cloutier pour les propos tenus par ce dernier pendant la commission parlementaire chargée d'étudier le projet de loi 71 sur les problèmes dans le secteur de l'automobile dans la région.

Au paragraphe 39 de la requête, les procureurs indiquent au juge que l'oncle maternel du député Alexandre Cloutier est M. Daniel Duchesne, premier actionnaire du concessionnaire Duchesne Auto ltée d'Alma (NDLR: Daniel Duchesne n'est pas l'oncle d'Alexandre Cloutier, mais son cousin propre). Il se trouve que cette entreprise a choisi de se dissocier de la stratégie de l'affrontement et de ne pas suivre le mouvement de lock-out décrété par les 24 membres de la corporation et de renouveler l'ancienne convention collective.

Intervention

Un peu plus loin, la requête précise la nature de la faute qui aurait été commise par le député de Lac-Saint-Jean. Ce dernier intervenait alors en commission afin de recommander une ligne de conduite pour un éventuel arbitre nommé pour résoudre le conflit.

«Le député Cloutier est intervenu afin de s'assurer que l'arbitre qui pourrait éventuellement être nommé pour déterminer le contenu de la convention collective ait accès et prenne en considération les autres conventions collectives des autres garages afin de s'assurer qu'on ne crée pas de disparité locale et régionale», stipule le document de cour, en citant les notes sténographiques de la commission parlementaire.

«Les demanderesses et la CCASLSJC se questionnent sur cette intervention du député Cloutier, alors qu'il n'a en aucun temps dénoncé le lien l'unissant au propriétaire de Duchesne Auto ltée», concluent les avocats de la corporation sur le comportement du député Alexandre Cloutier.

Des comptes à régler

Ces derniers ont visiblement voulu profiter de cette fenêtre pour régler des comptes avec le député du Lac-Saint-Jean qui n'a jamais ménagé les efforts pour attirer l'attention du gouvernement du Québec sur le sort des 455 lockoutés du Syndicat démocratique des employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Alexandre Cloutier a profité de ses passages sur les lignes de piquetage en plusieurs occasions pour réclamer l'intervention de Québec qui s'est finalement soldée par l'adoption à l'unanimité, par l'Assemblée nationale, de la «Loi sur le règlement de certains différends dans le secteur de l'automobile de la région du Lac-Saint-Jean».

Un geste maladroit

Joint hier, le principal intéressé a déclaré que cette allusion de la corporation était un geste maladroit dans les circonstances. Alexandre Cloutier explique avoir été le premier à réclamer une intervention de l'État afin de mettre un terme au plus long conflit de travail du Québec des dernières années, pour l'intérêt économique des travailleurs et de la région.

«J'ose espérer que ce ne sont pas tous les concessionnaires qui pensent de cette façon», a indiqué le député de Lac-Saint-Jean à l'Assemblée nationale.

Selon le code d'éthique, un député doit se retirer d'une commission parlementaire uniquement lorsqu'il a un intérêt personnel ou pécuniaire en cause dans un projet de Loi. Alexandre Cloutier n'a aucun lien de ce type avec le concessionnaire identifié par la corporation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer