FSC: Résolu doute de la volonté de Québec

Le président de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La papetière Résolu refuse de se soumettre au processus de médiation proposé par le Forest Stewardship Council pour tenter une sortie de crise dans l'application de la norme boréale. La crise s'enlise de jour en jour avec un mouvement orchestré des communautés amérindiennes de retirer leur consentement préalable, libre et éclairé.

Le président de Résolu, Richard Garneau, entend respecter les responsabilités du gouvernement du Québec en matière de gestion des forêts. Il est donc disposé à ce que Résolu participe à un exercice sous la gouverne de l'État et qui permettrait d'accueillir toutes les parties prenantes au dossier.

«Résolu est convaincue que tout processus de médiation ayant trait à l'aménagement forestier au Québec ou en Ontario doit être dirigé par les gouvernements provinciaux respectifs, puisque ce sont eux qui sont clairement responsables des questions liées à la planification de l'aménagement forestier. Ces questions comprennent le règlement des différends entre les Premières Nations et la mise en oeuvre d'une stratégie de conservation du caribou, deux dossiers clés ciblés par la proposition de FSC International», précise le communiqué de la papetière.

L'entreprise s'interroge toutefois sur la volonté du gouvernement du Québec de jouer son rôle dans ce processus de médiation. Elle a noté que le gouvernement profitait de toutes les occasions pour signifier qu'il n'est pas un client de l'organisme de certification.

La papetière a rappelé ne pas être la seule entreprise au Canada à rencontrer des problèmes de certification avec la norme boréale de FSC International.

«Un nombre grandissant de sociétés canadiennes ont vu leurs certificats FSC être suspendus ou résiliés au cours des derniers mois, notamment Arbec, Eacom et, encore la semaine dernière, Domtar, relativement à un territoire situé en Ontario. En octobre 2015, la Coast Forest Conservation Initiative (CFCI) a mis fin volontairement à sa certification FSC relativement à la Great Bear Rainforest en Colombie-Britannique, dont la superficie totalise près de 850 000 hectares.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer