Manifestation pendant le party de Noël de RTA

Plus d'une centaine de manifestants de différents syndicats... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Plus d'une centaine de manifestants de différents syndicats se sont rendus à l'hôtel Delta, vendredi, pendant que les employés de Rio Tinto fêtaient Noël.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine Lacroix
Le Quotidien

Pendant que les employés de Rio Tinto célébraient Noël à l'intérieur de l'hôtel Delta, les travailleurs d'Énergie électrique nord ont tenu une manifestation à l'extérieur et «ont organisé leurs propres festivités», vendredi.

«Il y a une volonté de négociation, mais... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

«Il y a une volonté de négociation, mais si on doit aller en grève, on va y aller, affirme Marc Maltais. Les syndiqués sont solidaires et sont mobilisés.»

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

De la tourtière a été servie et de la musique jouait fortement, en plus des centaines de manifestants qui ont joué de la trompette ou du sifflet.

«On n'a jamais envoyé de mot d'ordre, mais chaque membre a compris que ce n'était pas vraiment le temps de festoyer (avec les patrons) quand les temps sont difficiles au niveau des emplois», a expliqué le président du syndicat des travailleurs d'Énergie électrique nord (STEEN), Patrice Girard, qui croit que se rendre à la fête de Noël de Rio Tinto allait à l'encontre de la conviction de ses membres.

Des membres de nombreux autres syndicats sont venus prêter main-forte au STEEN, comme la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), le syndicat de la fonction publique (SCFP) et Unifor. On a aussi pu observer la présence d'employés de garage en lock-out depuis 35 mois.

«Nous voulons lancer un message clair à Rio Tinto. Le résultat du vote (de jeudi) démontre notre volonté de régler tout ça», a lancé M. Girard lors d'une allocution devant les manifestants très bruyants. Rappelons que les travailleurs d'Énergie électrique nord ont voté à 95% en faveur du déclenchement de la grève au moment jugé opportun.

«Nous sommes heureux pour ceux qui ont eu un règlement, mais ce sera une véritable victoire lorsque tout le monde aura une convention négociée», a martelé le directeur régional pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean de la FTQ, Marc Maltais.

Si Rio Tinto et le STEEN n'arrivent pas à une entente d'ici le 31 décembre, une grève peut être déclenchée dès le 1er janvier 2016.

Les discussions avec Rio Tinto achoppent sur des questions locales, comme le plancher d'emploi et le recours à la sous-traitance, qui a été largement critiqué hier lors de la manifestation. «La sous-traitance c'est le combat de toute une région», a dit le président du Syndicat des employés de ville d'Alma, Robin Côté.

«Il y a une volonté de négociation, mais si on doit aller en grève, on va y aller, affirme Marc Maltais. Les syndiqués sont solidaires et sont mobilisés.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer