Des compteurs d'eau dès 2016 à Dolbeau-Mistassini

La Ville de Dolbeau-Mistassini va imposer l'installation de compteurs d'eau... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

La Ville de Dolbeau-Mistassini va imposer l'installation de compteurs d'eau dans toutes les industries, commerces et institutions en 2016.

Cette décision découle des résultats obtenus lors de l'étude sur la gestion de l'eau potable. Comme ces résultats n'atteignent pas les cibles imposées par le gouvernement, la ville n'a pas le choix d'installer des compteurs pour mesurer et facturer la consommation de chaque commerce et industrie sur son territoire.

Jusqu'à maintenant, environ 80 commerces et industries possédaient un compteur d'eau. Quelque 120 autres devront se conformer à cette exigence.

Entre 500 000 $ et 1M$

Le coût d'installation de ces compteurs d'eau oscillerait entre 500 000 $ et 1 M$. Le montant exact sera évalué au cours de 2016. Cet ajout impliquera une augmentation des frais liés à la gestion du réseau et la facturation. La Ville ne tirera pas de revenus supplémentaires avec l'ajout de ces compteurs d'eau, le coût d'utilisation du réseau étant déjà réparti sur l'ensemble des contribuables.

« Nous espérons qu'à terme cette approche utilisateur-payeur permettra de diminuer la facture globale en réduisant de manière significative la consommation totale d'eau pour la ville. Si cette mesure s'avère insuffisante pour atteindre les cibles du gouvernement, les compteurs d'eau pourraient également être imposés au secteur résidentiel », a signifié le maire Richard Hébert.

Dégel d'aqueduc

Le conseil municipal a décidé d'imposer des frais de 100 $ aux citoyens qui demanderaient les services de la Ville pour réaliser des travaux de déglaçage de leur système d'aqueduc.

L'an dernier, les employés municipaux ont dû réaliser 300 interventions, ce qui a fait bondir de 200 000 $ les coûts liés au déglaçage.

Le montant de 30 $ chargé auparavant n'était pas suffisant. C'est pour cette raison qu'à partir de 2016, une première intervention sera facturée à 100 $, une deuxième à 250 $ et les subséquentes à 500 $.

« Notre approche préconise d'aider les citoyens lors d'un premier événement en facturant environ 40 % du coût réel de l'intervention, puis à augmenter graduellement la facture pour inciter les propriétaires à se doter d'un système de prévention du gel de leur choix et ainsi éviter que la situation ne se reproduise », a-t-il informé en soulignant que plusieurs villes au Québec n'offrent pas ce service.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer