Sylvain Gaudreault revient à la charge

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Jonquière à l'Assemblée nationale, Sylvain Gaudreault, met au défi le gouvernement libéral d'adopter le projet de loi 68 déposé juste avant les dernières élections. Il décrétait la transformation de l'actuel ministère des Transports du Québec (MTQ) en agence des transports pour améliorer la gestion des projets et ainsi éviter les dépassements de coûts et les problèmes de collusion dans l'attribution de projets.

Depuis deux jours, des informations vérifiées confirment que des dépassements de coûts de l'ordre d'un peu plus de 50 M$ ont été accumulés par le MTQ au cours de la dernière année. Ces montants sont en partie occasionnés par des projets modifiés ou des dépassements de coûts découlant de « surprises » rencontrées pendant un chantier.

Selon le député, il ne faut pas banaliser ces informations qui démontrent que le ministère n'a toujours pas réussi à éliminer totalement cette problématique. Il précise qu'il faut toutefois être prudent puisque des dépassements de coûts dans les projets ne signifient pas automatiquement qu'il y a eu de la fraude ou de la collusion entre des entrepreneurs.

« Le projet de loi 68, qui prévoyait la mise en place d'une agence des transports, aurait permis de séparer le volet politique de la réalisation des travaux. Tous les aspects techniques des projets auraient été gérés par l'agence. En ce moment, si nous avons des dépassements de coûts, c'est que le ministère n'a plus l'expertise d'autrefois et une agence permettrait de recréer cette expertise importante », insiste M. Gaudreault, qui rappelle que dès l'arrivée au pouvoir du Parti québécois, des mesures ont été mises en place au MTQ. Ces mesures ont rapidement permis de diminuer les dépassements de coûts de l'ordre de 240 M$. Il suffit, selon le député, de poursuivre dans cette direction et l'agence représente la solution la plus appropriée.

« Il ne faut pas accepter que l'on dépense un dollar de plus que les coûts évalués pour les projets. C'est cet objectif que nous devons avoir. Que ce soit par manque de planification, manque d'expertise ou autre, ce n'est pas acceptable d'avoir des dépassements de coûts », a conclu le député Gaudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer