Adopté sans l'appui de l'ERD et de Julie Dufour

La conseillère  municipale Julie Dufour.... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La conseillère  municipale Julie Dufour.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'adoption du budget 2016 a eu lieu sans l'appui des conseillères de l'Équipe du renouveau démocratique, Josée Néron et Christine Boivin, de même que celui de Julie Dufour.

Selon le président du Conseil du trésor, tous... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Selon le président du Conseil du trésor, tous les élus participent aux discussions à travers les travaux des comités et des commissions.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Reconnaissant que le budget a été préparé avec rigueur, Mme Néron a déploré que ce ne soit pas l'ensemble des conseillers qui aient été consultés sur une base collective. Elle a mentionné que dans certaines villes, les élus sont réunis ensemble pendant quatre ou cinq jours pour discuter de la façon dont sont dépensées leurs taxes, et ce, avec diffusion sur le Web.

Selon elle, le maire actuel préfère travailler de façon individuelle en rejetant les arguments de l'opposition en laissant croire que la façon proposée par l'ERD viserait à négocier des bonbons ou des cadeaux entre élus. «C'est malheureux la façon dont il fonctionne. La commission Charbonneau nous l'a dit qu'il faut éviter les rencontres en catimini. Il faut agir avec transparence.»

La chef de l'ERD ajoute que si le conseil décide de dépenser 13 millions$ dans un dossier, il est important que le conseil puisse interroger sur la qualité des services ou produits obtenus en retour des taxes des citoyens ainsi que les orientations à long terme que doit prendre la Ville dans les prochaines années.

Intervenant lors du débat, le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Provencher, a rétorqué que le budget est préparé en y apportant les ajustements nécessaires pour tenir compte des hausses de salaire et des contrats des travaux publics. Selon lui, tous les élus participent aux discussions à travers les travaux des comités et des commissions et que chaque demande est acheminée au Conseil du trésor. Le maire Tremblay a appuyé son président en affirmant que ce dernier avait du poignet et qu'il fallait couper dans les dépenses tout en évitant le gaspillage. «Mon père disait: ''c'est toujours Baptiste qui paye''. Il y a des conseillers et des fonctionnaires qui aimeraient ça avoir des bonbons.»

En ce qui a trait au budget déposé lundi, Mme Néron estime qu'il est bien que Saguenay veuille juguler la dette à long terme afin que la génération actuelle paie pour les infrastructures et services dont elle profite déjà plutôt que de léguer la dette à la prochaine génération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer