Jubilé de la miséricorde: le retour de Mgr Rivest

Mgr André Rivest était de retour hier à... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Mgr André Rivest était de retour hier à la cathédrale.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ouverture du Jubilé de la miséricorde a été faite en grand, hier, à la cathédrale de Chicoutimi, alors que plusieurs centaines de personnes se sont déplacées pour assister à la messe dominicale qui signifiait aussi le retour à la cathédrale de Mgr André Rivest.

Mgr Rivest avait dû subir une importante chirurgie, le 10 septembre, pour un anévrisme à l'aorte abdominale et un double pontage dans les jambes. « J'effectue un retour progressif depuis le 25 novembre. Je n'ai plus aucune séquelle. Je dois toutefois reprendre un peu de force, parce que j'ai perdu 40 livres, explique-t-il, après avoir serré une centaine de mains. Je suis content d'avoir célébré cette messe. Le Jubilé de la miséricorde est un événement très important. »

Mgr Rivest reconnaît que l'Église a besoin d'être miséricordieuse, que c'est « le chemin qui va lui redonner sa crédibilité », selon ses propres mots. Il estime que c'est d'ailleurs cette raison qui a poussé le pape à annoncer ce Jubilé. « L'Église n'a jamais été aussi critiquée. Il y a des fonds de vérité, parfois, dans ces critiques, donc on doit les écouter. L'abbé Harvey, par exemple, est un individu qui discrédite tous les autres. Il faut être capable de reconnaître que ses gestes étaient inacceptables. On a besoin de le reconnaître et de dire que nous avons besoin de miséricorde », a dit Mgr Rivest en entrevue, en faisant référence à l'abbé Paul-André Harvey, reconnu coupable d'avoir abusé de 39 fillettes âgées entre 8 et 10 ans de 1963 à 1987.

Porte

Une porte de la miséricorde a été présentée aux croyants venus de partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour l'occasion.

« Il s'agit d'un moment extraordinaire de grâce et de renouveau spirituel. On doit ouvrir symboliquement dans chacun de nos coeurs une porte de la miséricorde. On doit se demander chaque jour si notre porte a été ouverte ou fermée, a dit Mgr Rivest. La porte, c'est la symbolique d'une démarche intérieure. Quand on traverse cette porte, on s'engage à poser des gestes miséricordieux. »

Selon Mgr Rivest, l'un des plus beaux gestes miséricordieux que l'on voit en ce moment est celui de l'accueil des réfugiés.

« C'est un geste d'amour à l'état pur. C'est aussi un geste de partage, ce qui est dans nos racines profondes. La Grande guignolée des médias est un autre beau geste miséricordieux. On a à se réconcilier continuellement et c'est ce à quoi le Jubilé veut nous amener. Le pape souhaite susciter une réflexion. »

Tout au long de l'année, différentes actions seront posées et proposées par le diocèse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer