Motoneige: ne manque plus que la neige

Le sentier de motoneige 23 n'attend que la... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le sentier de motoneige 23 n'attend que la neige.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Des centaines de kilomètres de sentiers ont été balisés. Les moteurs des motoneiges ont été mis au point. Des dizaines de surfaceuses sont prêtes à entrer en action. Il ne reste plus qu'à recevoir un bon pied de neige pour faire le bonheur des milliers de motoneigistes désireux de découvrir les nouveaux attraits que compte la région avec le nouveau relais du Mont-Apica ainsi que le sentier de calibre international des Monts-Valin.

Le Club Caribou-Conscrits a acquéri une nouvelle surfaceuse.... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Le Club Caribou-Conscrits a acquéri une nouvelle surfaceuse.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Le Club Caribou-Conscrits s'est doté d'un nouveau garage.... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.1

Agrandir

Le Club Caribou-Conscrits s'est doté d'un nouveau garage.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Pendant que l'automne continue de se traîner les pieds, les dirigeants des différents clubs de motoneigistes de la région ont hâte que la première bordée importante de neige tapisse le paysage, sans toutefois qu'il n'y ait d'inquiétude pour la prochaine saison.

Au Club Caribou-Conscrits, le nouveau président, Joachim Simard, rappelle que l'an dernier, les amateurs ont commencé à circuler le 9 décembre sur les Monts-Valin. « On a l'espoir d'ouvrir entre les Fêtes. Il nous faut un bon pied de neige avant de procéder à l'entretien, mais il faut bien regarder pour ne pas briser nos machines. La signalisation a été installée, la réparation des ponceaux a été effectuée. On se dit qu'il va neiger » affirme M. Simard.

Le club a investi 350 000 $, dans les derniers mois, pour construire un nouveau garage, incluant des bureaux dans le secteur du chemin Volair, à Saint-Honoré, en plus d'une surfaceuse flambant neuve de 300 000 $.

Pour la direction de ce club actif, entre autres, sur les Monts-Valin, le départ tardif de la saison ne fait pas vraiment de différence puisqu'il est pratiquement assuré qu'en avril, les membres continueront de pratiquer leur loisir. L'abondance de neige se dément rarement.

En ce qui a trait aux ventes de cartes d'accès, M. Simard soutient que l'absence de neige n'a pas entraîné de baisse importante. La compilation des ventes présaison s'effectue ces jours-ci.

Club Saguenay

Du côté sud, au Club Saguenay, le président de longue date, Jules Tremblay, se souvient qu'à la saison 1981-82, une situation semblable avait été vécue avec l'absence de neige en décembre. Selon lui, les sentiers avaient ouvert entre Noël et le jour de l'An. Selon lui, en moyenne, les sentiers sont prêts à la circulation autour du 10 décembre.

Contrairement à son collègue de Caribou-Conscrits, M. Tremblay s'attend à une baisse des ventes présaison de cartes de membres. Généralement, 90 % des 2600 cartes sont vendues avant la date fatidique du 9 décembre. « Lorsqu'on communique avec les dépositaires, on nous dit qu'il y a moins de cartes de vendues. Il est possible que ça puisse coïncider avec la situation économique. Les gens peuvent changer leur comportement en achetant des droits journaliers ou en reportant leur achat après les Fêtes. »

Le président rappelle qu'il y a cinq ans, les deux clubs saguenéens, comptant un membership de 5200 membres, ont formé une coopérative permettant de redistribuer les revenus entre les clubs, évitant ainsi une compétition malsaine. Cette initiative a été basée sur le fait que beaucoup de motoneigistes du Saguenay fréquentent les Monts-Valin parce qu'ils y possèdent une propriété. Lorsque le soleil reprend de la force en mars, plusieurs transportent leur motoneige vers le nord.

Baisse des ventes

L'absence de neige pourrait avoir un effet sur les ventes des concessionnaires, selon Éric Lévesque d'Équipements Villeneuve, qui note une baisse des préventes d'environ 20 % des motoneiges, mais aussi des souffleuses, vêtements. Selon lui, le Saguenay-Lac-Saint-Jean se différenciait des autres régions dans le passé parce qu'il était possible d'attirer des amateurs de partout dans la province parce que l'enneigement survenait deux ou trois semaines avec des apports économiques importants. « Tout est prêt, mais les deux ou trois semaines de perdues ne sont pas récupérables »

FCMQ

Nouvellement élu comme représentant régional de la Fédération des clubs de motoneigiste du Québec (FCMQ), l'Almatois Gaston Fortin ne voit poindre aucun problème particulier, entre autres avec des pertes de droits de passage accordés par les propriétaires terriens. « Beaucoup de sentiers doivent être remaniés. Des travaux d'infrastructures dans les divers sentiers de la région ont nécessité des investissements d'environ 300 000 $ ».

Au chapitre de l'organisation, des fusions ont eu lien entre les clubs de Normandin et Albanel, tandis que des pourparlers ont eu lieu entre ceux de Saint-Félicien et Roberval sans qu'il n'y ait eu entente sur une fusion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer