Une bonne décision, estime Gilbert Dominique

Gilbert Dominique... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gilbert Dominique

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si la commission d'enquête sur l'assassinat et la disparition des femmes et jeunes filles autochtones au Canada prend le mandat plus large de s'intéresser à toute la question de la violence faite à la gente féminine, il est clair que Mashteuiatsh voudra être entendue.

«Je l'ai dit souvent dans mes sorties à l'égard de la violence faite aux femmes: il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Il y a de la violence. L'enquête publique va permettre une meilleure compréhension au sein des Premières nations et de toute la communauté canadienne, a expliqué le chef de bande Gilbert Dominique. D'ici un an, on va connaître le mandat plus précisément. Si on aborde la question de la violence, c'est clair qu'on y sera.»

Il n'y a pas de femme autochtone portée disparue à Mashteuiatsh, de sorte que l'on ne devrait pas retrouver de familles de Mashteuiatsh devant la commission d'enquête prochainement.

«L'annonce de cette commission est une excellente nouvelle, un beau moment, a pour sa part mentionné la vice-chef de la communauté et présidente du comité de femmes de Mashteuiatsh Puakutau, Marjolaine Étienne. Je pense que bon nombre de femmes des Premières nations ont l'esprit soulagé, tout comme l'ensemble de la communauté d'ailleurs. Nous sommes très satisfaits que le premier ministre tienne sa promesse.»

Approche nouvelle

Gilbert Dominique a par ailleurs rencontré Justin Trudeau, hier, en réunion à Gatineau avec l'ensemble des chefs de bande du Canada.

«Il a confirmé sa volonté d'établir un dialogue de nation à nation. C'est l'approche que nous avons également. C'est bon signe pour les négociations territoriales globales.»

Les revendications territoriales globales portent sur des affaires non réglées dans des traités canadiens. Elles touchent généralement des régions du pays où les droits fonciers des Autochtones n'ont pas été définis par un traité ou une autre mesure juridique, peut-on lire sur le site du gouvernement du Canada.

«Ce changement de gouvernement apporte une toute nouvelle approche. C'est inspirant», croit Gilbert Dominique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer