«C'est encore la faute à El Niño»

Le Saguenay avait pris des airs de printemps... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le Saguenay avait pris des airs de printemps hier.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Aura-t-on droit à un Noël blanc au Saguenay-Lac-Saint-Jean cette année? Bien que les météorologues ne prévoient pas de grosses bordées de neige au mois de décembre, il serait bien étonnant de voir la pelouse le 25 décembre. Mais notre hiver n'aura rien à voir avec ceux des années antérieures. Et ce sera de la faute à El Niño.

«Nous enregistrons les données météorologiques depuis 100 ans à l'aéroport de Bagotville. Votre région a toujours eu de la neige à Noël. Je prévois que vous aurez un petit tapis blanc, mais rien comparativement aux années passées. Et si vous avez un Noël vert, ce serait une première fois en 100 ans. Et les amateurs de sports d'hiver, de pêche blanche et de motoneige devront être patients», a expliqué le météorologue André Monette, en entrevue avec Le Progrès-Dimanche cette semaine.

Jusqu'à maintenant, le Saguenay a reçu 17 centimètres de neige. L'an dernier, à pareille date, 60 centimètres de neige étaient déjà tombés. «Vous avez eu de la neige à quelques reprises, mais elle n'est pas restée au sol. D'ici deux semaines, nous ne prévoyons pas de bordée, mais plutôt de la pluie, un peu de flocons et du verglas. Le mois de décembre sera nettement plus chaud que la moyenne», a ajouté le spécialiste.

L'hiver dernier avait été plutôt froid, battant quelques records au cours des mois de janvier et février. «Le mois de février l'an dernier avait été plus froid de 9 degrés que la moyenne. Nous ne prévoyons pas ça cette année, mêmes que les températures devraient être au-dessus des moyennes saisonnières. L'hiver sera moins froid et plus court. Dès le mois de mars, des températures printanières seront enregistrées», a indiqué André Monette.

Cet hiver plus chaud qui s'annonce s'explique par le phénomène El Niño, qui ébranlera le climat partout dans le monde. En Amérique du Nord, les effets se feront sentir jusqu'ici. «Il s'agit d'un des phénomènes El Niño les plus forts jamais enregistrés et les températures seront plus clémentes partout pour cette raison», a indiqué le météorologue.

El Niño

Le phénomène El Niño, aussi appelé «l'enfant terrible de la météo», se caractérise par des températures anormalement élevées de l'eau dans la partie est de l'océan Pacifique Sud.

Mais comment une anomalie dans le Pacifique peut-elle changer l'allure du climat à l'échelle planétaire? En termes simples, l'influx de chaleur produit par les eaux du Pacifique influence le positionnement des vents dominants en haute altitude.

La première conséquence concrète d'un El Niño est la hausse des températures et du temps plus sec dans plusieurs régions du globe.

Notons que l'automne a également été plus chaud qu'à l'habitude, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Le mois de septembre a été très chaud, comparativement aux moyennes, tout comme le mois de novembre. Si nous prenons les trois mois de l'automne, cette saison a été de deux degrés Celsius plus chaude que la moyenne», a affirmé le météorologue André Monette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer