Zoos: Québec procédera dès le printemps

Les règlements encadrant les permis accordés aux jardins... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les règlements encadrant les permis accordés aux jardins zoologiques seront revus afin de mieux encadrer certaines pratiques.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec prévoit l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation qui encadrera les jardins zoologiques au printemps 2017. Dans le cadre de cette démarche de révision, les établissements regroupés sous l'égide de Zoos et aquariums accrédités du Canada (ZAAC) et le Conseil consultatif mixte de l'industrie des animaux de compagnie sont consultés.

C'est ce qu'a voulu préciser le porte-parole du ministère, Jacques Nadeau, dans la foulée d'un article paru dans la dernière livraison du Progrès-Dimanche, dont les échos se sont fait entendre partout en province.

Dans le texte, un biologiste du ministère, Simon Larouche, confirmait que les règlements encadrant les permis accordés aux jardins zoologiques seraient revus afin de mieux encadrer certaines pratiques. Le tout a pour but d'assurer le bien-être des animaux et la sécurité du public. Le ministère s'est également dit mal à l'aise avec les façons de faire de certains zoos, notamment celui de Falardeau, où les contacts avec les félins sont permis.

«La révision est commencée et on parle aux différents partenaires. On veut s'assurer de bien adapter la réglementation afin de permettre aux Québécois de continuer de profiter d'une expérience enrichissante, stimulante et éducative quand ils visitent un zoo. On veut élaborer une réglementation sur mesure pour les animaux sauvages. Ce n'est pas juste la morsure d'un animal qui peut être dangereuse, il y a aussi le venin d'un reptile. Il faut examiner toutes ces questions-là, de même que l'aspect santé et sécurité des employés», ajoute Jacques Nadeau.

La refonte des critères a également pour but d'éviter que certaines espèces exotiques achetées dans un commerce, comme des poissons par exemple, puissent être relâchées dans la nature et ainsi perturber les écosystèmes.

Loi 54

Le porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a également précisé que le projet de loi 54 du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), lequel vise à mieux protéger les animaux de compagnie, ne doit pas être confondu avec la révision du règlement qui s'applique à la garde des espèces sauvages et exotiques.

«On appuie ce projet de loi, mais il s'inscrit dans un autre registre et il ne faut pas mêler les cartes», a-t-il fait valoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer