Brunch du Parti québécois

Jonquière accueillera le caucus en janvier

Le président du Parti québécois à Chicoutimi, Loïc... ((Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais))

Agrandir

Le président du Parti québécois à Chicoutimi, Loïc Chartier, le député de Jonquière Sylvain Gaudreault et le «nouveau» militant Stéphane Bédard étaient heureux de se retrouver lors du rassemblement partisan à Chicoutimi.

(Photo Le Quotidien, Marianne L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le caucus national du Parti québécois (PQ) de la rentrée parlementaire 2016 aura lieu du 19 au 21 janvier à Jonquière pour soutenir les militants de la circonscription de Chicoutimi, à l'approche de l'élection partielle pour remplacer l'ancien député péquiste Stéphane Bédard.

L'élu jonquiérois du PQ, Sylvain Gaudreault, en a fait l'annonce dimanche matin lors d'un brunch rassemblant les partisans au Club de curling de Chicoutimi. «Le Parti québécois ne laisse pas les militants seuls», a-t-il déclaré devant la soixantaine de personnes. Tous les députés et le chef du parti Pierre Karl Péladeau seront présents. Des activités spéciales pour rencontrer les membres seront organisées.

Le déclenchement de l'élection partielle est encore indéterminé. M. Bédard a démissionné le 22 octobre. Le comité exécutif du PQ à Chicoutimi a reçu plusieurs «excellentes» manifestations d'intérêt pour lui succéder, indique le président Loïc Chartier, mais encore aucune candidature officielle n'a été déposée. L'investiture du nouveau représentant péquiste dans la circonscription se fera probablement en janvier.

Selon Sylvain Gaudreault, Jonquière représente un choix stratégique. Si l'élection partielle est déclenchée durant le caucus, les députés et le chef seront prêts, mais leur voyage ne sera pas considéré comme une dépense partisane. «D'une manière ou d'une autre, c'est important que ça se passe dans la région, ne serait-ce que pour les enjeux forestiers majeurs.» L'élu a d'ailleurs dénoncé la perte de plus de 2000 emplois dans les usines de ce secteur dans la région depuis dix ans, alors que «les libéraux étaient au pouvoir durant neuf de ces années».

«On ne peut pas laisser passer ce que fait ce gouvernement et l'élection partielle est l'occasion de l'exprimer», affirme celui qui déplore «l'austérité à deux vitesses» du gouvernement Couillard.

M. Gaudreault assure qu'il continuera à travailler «main dans la main» avec son prochain collègue péquiste à Chicoutimi, comme il le faisait avec Stéphane Bédard. «Je suis prêt à être libéré à temps plein pour faire du porte-à-porte avec lui! Je vais appuyer le choix des militants. L'une des forces de notre parti est justement de faire de vraies investitures, elles ne sont pas qu'une façade.»

Le comité exécutif du PQ de Jonquière donnera aussi un coup de main aux bénévoles de la circonscription voisine. Le président Daniel Brassard était notamment présent lors de l'événement, ainsi que les candidats bloquistes aux élections fédérales.

Le travail de Stéphane Bédard comme élu pendant 17 ans a été reconnu. «Chicoutimi a perdu un député, mais a gagné un militant, confie M. Bédard. Je suis redevenu ce que j'ai toujours été!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer