25 000 tuques pour les réfugiés

Jusqu'à maintenant, deux points de dépôt ont été... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Jusqu'à maintenant, deux points de dépôt ont été identifiés dans la région pour le projet 25 000 tuques: La Pulperie de Chicoutimi et la Maison des bâtisseurs, à Alma.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Saguenéens et les Jeannois sont invités à faire aller leurs aiguilles à tricoter pour confectionner des tuques pour les 25 000 réfugiés syriens attendus au pays.

Une résidante d'Arvida, Line Bélanger, a décidé de lancer le mouvement dans la région, après avoir pris connaissance cette semaine du projet «25 000 tuques» né dans la province sur les réseaux sociaux.

Plusieurs régions suivent ce mouvement de solidarité en ouvrant des pages Facebook et en organisant différents événements. «Parce qu'au Québec, le véritable ennemi est le froid» est le slogan du projet (jdussot.wix.com/25 000tuques).

Les personnes intéressées à contribuer à l'initiative doivent tricoter eux-mêmes une tuque, y glisser un petit mot de bienvenue (qui peut être anonyme) et la déposer dans les différents points de dépôts identifiés.

Jusqu'à maintenant, il existe deux points de dépôt dans la région: La Pulperie de Chicoutimi et la Maison des bâtisseurs, à Alma.

«Je fais un appel à tous pour inviter les gens de la région à ouvrir des points de dépôt dans leurs organisations et à faire différentes initiatives pour organiser des événements, des cafés tricot, ou des dimanches-crochet, par exemple», souligne Mme Bélanger, qui dit elle-même aimer tricoter et faire du crochet.

Line Bélanger a été séduite par ce geste simple d'accueil. «C'est de dire aux gens: "On a pensé à vous et on l'a fait pour vous". On peut aussi comparer ce geste au bonnet qu'on met sur la tête des bébés quand ils naissent. Ces gens-là qui vont arriver ici vont démarrer une nouvelle vie.»

Les tuques seront recueillies jusqu'en février. Elles seront envoyées à l'extérieur de la région, puisque le Saguenay-Lac-Saint-Jean n'a pas été ciblé par Québec pour accueillir des réfugiés syriens.

Les personnes souhaitant rejoindre Line Bélanger peuvent le faire via la page Facebook «25 000 tuques - Saguenay».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer