Des locaux trois fois plus grands

Jean-Michel Plourde, Yves Tremblay, Mélissa Sauvé, Valérie Simard... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Jean-Michel Plourde, Yves Tremblay, Mélissa Sauvé, Valérie Simard et Claire Angers ont partagé un gâteau dans le cadre de l'inauguration des nouveaux locaux de l'Atelier de récupération Saint-Joseph au 20 boulevard du Saguenay.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascal Girard
Le Quotidien

Cette fois devrait être la bonne pour l'Atelier de récupération Saint-Joseph qui a emménagé dans ses nouveaux locaux mercredi soir.

L'organisme sans but lucratif offre des meubles, électroménagers, vaisselle ou jouets à prix modique. Il est maintenant situé au 20 boulevard du Saguenay, au centre-ville de Chicoutimi.

«Ça fait 23 ans que l'atelier existe. Avant, on était à côté de Place du Citoyen, mais notre immeuble a été acheté. Ensuite, nous avons été trois ans sur la rue du Havre. Là, on vient d'emménager sur le boulevard du Saguenay, dans l'ancien Condor Sports. Notre ancien local avait 3000 pieds carrés et le nouveau a 9000», a expliqué en entrevue téléphonique le président du conseil d'administration, Jean-Michel Plourde.

Un 5 à 7 s'est déroulé mercredi soir pour inaugurer le nouvel emplacement de l'atelier créé par la Fondation Mgr Léonce Bouchard en 1992.

L'exiguïté des lieux avait plusieurs inconvénients. «Avant on était coincés. Là, on pourra faire une rotation de notre inventaire», a-t-il enchaîné, en expliquant qu'à chaque fin de saison ils devaient liquider les articles saisonniers.

Les nouveaux locaux comprennent également des ateliers pour la réparation des meubles et des électroménagers. «On a une personne qui vient les réparer et là il aura de la place pour travailler», a-t-il indiqué.

Retour au travail

Initialement, l'atelier a été mis sur pied pour offrir une opportunité d'emploi aux usagers de la Maison d'accueil des sans-abri de Chicoutimi. Actuellement l'OSBL compte trois employés à temps plein. «Pour la Maison des sans-abri, ça dépend de la clientèle. Pour le déménagement, il y en a qui sont venus nous donner un coup de main. On n'en a pas actuellement dans nos employés, mais on travaille dans ce sens-là. Par exemple, on avait un employé qui était avec nous dans le cadre d'un programme de retour au travail. Aujourd'hui, il est à temps plein», a cité en exemple M. Plourde.

Question de jouer un rôle dans le même sens, l'atelier sert également de lieu de travail pour les gens condamnés à effectuer des travaux communautaires. «Des bouts on en a plusieurs. On vient d'en avoir un qui avait 250 heures à faire.»

Il n'y avait pas que la nouvelle du local à annoncer cette semaine. «Nous aurons un nouveau camion-cube 16 pieds 2016. Le vieux était rendu à bout d'âge», a-t-il mentionné, en spécifiant qu'ils offraient le service de liaison et de cueillette à domicile.

L'atelier est ouvert du lundi au samedi et à l'image des autres services d'aide, la clientèle a augmenté au fil des ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer