De la littérature à la microbrasserie

Charles Gagnon, copropriétaire de la Microbrasserie du Lac... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Charles Gagnon, copropriétaire de la Microbrasserie du Lac Saint-Jean, était l'invité du 103e midi-conférence du CEE-UQAC cette semaine.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Doré
Le Quotidien

La Microbrasserie du Lac Saint-Jean est l'un des pionniers en matière de bière artisanale au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Depuis 2007, elle a su conquérir les papilles des Jeannois et des Saguenéens en offrant des produits de qualité, se réinventant sans cesse. Derrière ce succès se cachent trois entrepreneurs: Marc Gagnon, Annie St-Hilaire et Charles Gagnon. Ce dernier était le conférencier invité cette semaine du Centre d'entrepreneuriat et d'essaimage de l'Université du Québec à Chicoutimi (CEE-UQAC) dans le cadre du 103e midi-conférence.

Charles Gagnon a un parcours et une approche qui semble détonner avec le profil de l'entrepreneur moyen, mais qui, au final, démontre la même passion dans son travail et le même goût de repousser les limites.

Doctorant en littérature française, M. Gagnon est un artiste, plutôt bohème, qui aime voyager. Il a déjà été enseignant, mais a décidé de se lancer dans l'aventure de la Micro du Lac en compagnie de son frère et de sa belle-soeur. «Pour moi, entreprendre, c'est porter un projet», affirme-t-il.

Pour M. Gagnon, l'image est primordiale. Il déplore que de nombreuses bières d'exception soient boudées par les consommateurs, uniquement parce que leur étiquette est banale. C'est pour éviter cela que la Micro du Lac s'est associée à l'illustrateur Patrick Doyon - nominé aux Oscars, rien de moins! - pour réaliser les étiquettes des produits de l'entreprise. Cette signature est rapidement devenue reconnaissable entre mille sur les tablettes des épiceries et des dépanneurs, remportant des distinctions au passage.

Fidèle à soi

Charles Gagnon estime qu'un entrepreneur ne doit jamais perdre de vu trois grands angles dans ses décisions: le client, l'employé et l'administration. Surtout, il doit être fidèle à lui-même et respecter son produit. C'est pourquoi M. Gagnon met toujours de l'avant son côté artistique et tente d'aller plus loin.

«Nous voulons créer une sorte d'horoscope du Lac-Saint-Jean. C'est un ''trip'' de création. (...) Ce n'est pas Monsieur Tout-le-Monde qui va embarquer, mais cela fait partie de notre vision entrepreneuriale. On veut amener les gens à découvrir des choses qu'ils ne connaissent pas», explique-t-il.

Le succès vient aussi en sachant bien s'entourer. Des proches, oui, mais aussi avec des employés qui partagent la même vision, des mentors, des partenaires...et des concurrents!

«Savoir s'entourer pour moi, c'est avoir une saine compétition. En faire des collaborateurs. Le milieu est déjà assez compliqué comme ça, s'il fallait en plus se faire des ennemis...», laisse tomber M. Gagnon.

Finalement, il conseille aux futurs entrepreneurs de réfléchir longuement à leur projet, de soigner leur image, de connaître le milieu, de miser sur la formation et l'amélioration continue et de se bâtir un réseau d'entraide.

Le conseil le plus important? De se lancer, tout simplement. «On ne sait jamais où un projet peut nous mener», de conclure Charles Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer