Le vapotage: un fléau chez les jeunes

Les jeunes essaient massivement la cigarette électronique.... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Les jeunes essaient massivement la cigarette électronique.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vapoter est en vogue chez les jeunes, à un point tel que la cigarette électronique est devenue un véritable fléau, avec lequel doivent composer les intervenants sociaux. «À 12 ans ou 15 ans, c'est cool vapoter.»

Selon Audrey Lachance, coordonnatrice du secteur intervention au Patro de Jonquière, la cigarette électronique est devenue un enjeu au même titre que le tabac et la drogue chez les mineurs. «C'est une problématique qui s'est récemment ajoutée et pour laquelle on doit intervenir énormément, partage-t-elle. C'est une réalité bien présente. En fait, ça vapote beaucoup. Et ça paraît bien de vapoter.»

Devant cette vague de popularité, le Patro de Jonquière, qui emploie trois travailleuses de rue, a décidé d'installer des affiches dans ses Alternatives Café Jeunesse pour interdire la cigarette électronique dans ces lieux de rassemblement.

Car, selon Audrey Lachance, les jeunes vapoteurs n'auraient pas nécessairement opté pour le tabac ou la marijuana, en raison de l'idée véhiculée selon laquelle la cigarette électronique ne présente aucun risque. «Ces jeunes n'auraient peut-être jamais vu de tabac ou de drogues. C'est donc une nouvelle réalité en soi», affirme-t-elle.

Statistiques éloquentes

Ce fléau a-t-il raison d'inquiéter? Les statistiques à ce sujet sont éloquentes. En 2013, l'Institut de la statistique du Québec a démontré qu'une proportion significative de la population avait fait l'essai de la cigarette électronique. L'étude suggérait que 13% de la population de 15 ans et plus en avait fait l'essai. Les proportions étaient d'autant plus impressionnantes chez les jeunes de 15 à 19 ans, où ce taux s'élevait à 35%.

De surcroît, des données recueillies spécifiquement auprès d'élèves du secondaire concluaient à des taux d'essai similaires à ceux du groupe des 15 à 19 ans (35%). Confirmant l'hypothèse de Mme Lachance, 20% des consommateurs ne fumaient pas de produits du tabac.

D'autres études ont été menées aux quatre coins du globe. Selon une enquête menée aux États-Unis auprès de 2530 collégiens de 14 ans et publiée dans le Journal of the American Medical Association, vapoter peut mener l'adolescent vers la vraie clope. En effet, les jeunes qui vapotent seraient plus sujets à commercer à fumer du tabac que ceux qui n'ont jamais essayé le vapotage.

Également, une étude britannique a suggéré que les adolescents sont plus nombreux à tester la cigarette électronique que la cigarette traditionnelle. Celle-ci était basée sur deux enquêtes réalisées auprès de 10 600 jeunes de 10 à 16 ans.

Vapoter est en vogue chez les jeunes, à un point tel que la... (Photo 123RF) - image 2.0

Agrandir

Photo 123RF

Québec vient de resserrer les règles

Jeudi, le projet de loi 44, concernant la Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme, a été adopté à l'unanimité à l'Assemblée nationale. Celui-ci inclut de nouvelles dispositions légales, dont l'encadrement de la cigarette électronique.

Dès la sanction de la Loi, la cigarette électronique sera assujettie aux mêmes règles que les produits du tabac, à l'exception de l'interdiction de saveur, une nouvelle disposition pour le tabac. Cela concerne également les autres dispositifs de même nature, y compris leurs composantes et leurs accessoires.

Conséquemment, vapoter sera prohibé dans tous les lieux où il est interdit de fumer, comme les terrasses de bar et les restaurants, et la vente de ces produits se retrouvera rigoureusement encadrée.

Les points de vente spécialisés qui souhaitent conserver leur droit d'étaler leurs produits dans leur commerce se trouveront sous l'obligation de respecter certaines conditions, notamment de transmettre un avis au ministère indiquant le nom et l'adresse du point de vente.

Par ailleurs, une nouvelle disposition interdit l'utilisation de marques de tabac sur des cigarettes électroniques, de même que l'utilisation d'une marque ou d'un signe distinctif d'une marque de cigarette électronique sur un objet autre.

En 2012, l'Institut national de santé publique a publié un état des connaissances sur la cigarette électronique et suggérait un manque de connaissances scientifiques fiables sur la cigarette électronique, ses effets sur la santé à long terme et son efficacité comme aide pour arrêter de fumer.

Concernant le tabac, la nouvelle loi comprend plusieurs mesures importantes telles que l'interdiction de fumer en présence d'enfants à l'intérieur d'une voiture et celle de consommer des produits du tabac sur les terrasses. Celle-ci prohibe également la vente au détail ou la distribution de produits du tabac aromatisés.

La Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme remplacera la Loi sur le tabac. Les objectifs de cette dernière révision sont de protéger les jeunes et de prévenir l'initiation à l'usage du tabac, de protéger la population des dangers de l'exposition à la fumée de tabac et de stimuler l'abandon tabagique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer