Groupe Jules Savard

Pourparlers avec un acheteur potentiel

Selon les informations disponibles, l'entrepreneur Sylvain Oligny, propriétaire... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Selon les informations disponibles, l'entrepreneur Sylvain Oligny, propriétaire de onze compagnies de transport, est impliqué dans les discussions.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'entreprise Groupe Jules Savard fait l'objet de spéculations dans le secteur du transport régional puisque des discussions ont lieu présentement avec une autre société québécoise oeuvrant dans le domaine en vue d'une prise de participation graduelle dans son actionnariat.

Fondateur, en 1974, de l'entreprise ayant pignon sur la rue Dubose, Jules Savard confirme qu'il est en pourparlers avec un éventuel acheteur, mais ajoute du même souffle que la transaction n'est pas concrétisée puisqu'avocats et comptables travaillent sur le dossier. «Je ne veux pas l'annoncer tout de suite. Tant que le chèque n'est pas dans le compte de banque, ce n'est pas réalisé. Ma priorité est de conserver les emplois dans la région» précise le président.

Âgé de 75 ans, M. Savard affirme qu'il est temps pour lui de se retirer des affaires de l'entreprise tout en ajoutant que son fils, Guy, demeurerait à la tête de certaines divisions.

Sur le site Internet de l'entreprise, il est indiqué que Groupe Jules Savard possède une flotte de plus de 300 unités sillonnant l'Amérique du Nord. Près de 200 camionneurs y oeuvrent.

Selon les informations disponibles, l'entrepreneur Sylvain Oligny, propriétaire entre autres de Transport St-Michel Inc. de Saint-Michel, de Distribution Marcel Dion, de Farnham, et de neuf autres compagnies de transport, est impliqué dans les discussions. En entrevue, M. Oligny a confirmé la démarche portant dans un premier temps sur une prise de participation graduelle dans Groupe Jules Savard. «Nous allons signer des papiers en début de semaine. Je serai de passage dans votre région. Il ne s'agit pas d'une prise de contrôle, mais plutôt d'une prise de participation graduelle jusqu'à ce que M. Savard prenne complètement sa retraite.»

Tout comme M. Savard, l'homme d'affaires soutient que sa priorité est de conserver les emplois du groupe dans la région.

Il y a trois ans, Groupe Jules Savard avait été approché dans le cadre d'un processus d'acquisition par Transport Robert. Les négociations ont échoué en raison de l'intention de l'entreprise de déménager les activités dans la région de Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer