FSC menace d'expulser Résolu

Le directeur général de FSC, Kim Carstensen... (Courtoisie FSC)

Agrandir

Le directeur général de FSC, Kim Carstensen

Courtoisie FSC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'organisme de certification environnementale Forest Stewardship Council menace d'expulser la papetière Résolu de son membership sous prétexte que le président de la société, Richard Garneau, a publié un communiqué de presse dans lequel il indique que l'entreprise n'a pas l'intention d'entreprendre de démarches pour obtenir de nouveaux certificats.

C'est le directeur général de FSC qui a transmis cette missive au président de Résolu. La menace d'expulsion découle de la victoire de Résolu qui a récupéré un certificat en Ontario après avoir démontré devant la Cour supérieure que l'un des auditeurs de la firme Rain Forest Alliance soutenait l'organisme Greenpeace. Dans ce communiqué, Richard Garneau mentionnait qu'il y avait en ce moment trop d'incertitudes entourant l'avenir de la norme FSC pour justifier d'investir temps et argent dans l'obtention de nouveaux certificats, incluant les deux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Au cours des prochaines semaines, nous comptons entreprendre notre propre analyse de la situation pour faire le point sur votre statut de membre et nous vous informerons de nos conclusions en temps opportun», a écrit Kim Carstensen, directeur général de FSC.

«Cependant, je cherche toujours à comprendre comment votre annonce de ne plus poursuivre de nouvelles certifications FSC s'insère à ce que nous sommes en droit de nous attendre d'un membre ayant le devoir de travailler dans les meilleurs intérêts de FSC», insiste le directeur général.

L'organisme de certification n'apprécie surtout pas que Résolu, selon ce que le directeur général en sait, continue de le dépeindre de façon négative sur la place publique.

«Comme vous le savez, en sa qualité de détenteur de certificats et de membre de FSC, Produits forestiers Résolu avait officiellement accepté de se conformer à la Politique pour l'association d'organisations au FSC et aux critères d'adhésion de FSC. Un des plus importants critères d'adhésion est d'agir de bonne foi comme membre de FSC, d'agir de sorte à protéger la crédibilité de FSC et de soutenir véritablement les objectifs, les activités et la réputation de FSC», rappelle le directeur général au patron de Résolu.

Le directeur Carstensen est allé plus loin dans sa réprimande à l'endroit de la papetière et a par la même occasion confirmé la très grande influence des groupes environnementaux au sein de l'organisme de certification. Malgré le fait que Résolu ait récupéré sa certification pour la forêt Black Spruce/Dog River-Matawin au terme de la reprise du processus d'audition, confirmant que la papetière respectait tous les critères, le directeur général reproche à Richard Garneau ne pas avoir mentionné dans son communiqué les groupes environnementaux.

«Comme vous le savez, ces organismes jouent un rôle de première importance dans le maintien de la démocratie entre les chambres constituant le FSC. À mon avis, il est essentiel que Produits forestiers Résolu s'engage à son tour de façon active et constructive à l'égard de ces intervenants. Nous nous attendons donc à ce que Produits forestiers Résolu agisse en conséquence.»

Le président de Résolu n'a jamais accepté le fait que FSC permette à Greenpeace de mener des campagnes internationales pour nuire à l'entreprise sur les marchés alors qu'il n'a pas le droit, de son côté, de questionner les pratiques de ces groupes. Résolu est membre de la chambre économique de FSC alors que Greenpeace est membre de la chambre environnementale.

L'organisme de certification FSC soulève de plus en plus de critiques au Canada. Il y a quelques semaines, le Conseil de l'industrie forestière du Québec écrivait à FSC Canada pour indiquer qu'entre la norme FSC et les approvisionnements forestiers, les entreprises allaient choisir les approvisionnements.

Une autre grande entreprise canadienne a décidé d'elle-même de suspendre son certificat FSC. La papetière Résolu est le plus important détenteur de certificats FSC au Canada et le Canada est la première juridiction pour la norme FSC dans le monde.

PFR ne comprend pas

Produits forestiers Résolu comprend difficilement le ton de la réponse de la Forest Stewardship Council. L'organisme menace de l'expulser de son membership en raison du communiqué émis mercredi par la papetière qui venait de récupérer sa certification pour la forêt Black Spruce/Dog River-Matawin, dans le nord de l'Ontario, à la suite d'un nouvel audit découlant d'une contestation judiciaire.

L'entreprise a réagi quelques heures après la publication de la lettre signée par le directeur général de FSC international, Kim Carstensen. Pour Résolu, le communiqué de presse publié sur le site Internet de l'entreprise démontrait au contraire une grande satisfaction.

«Nous sommes surpris par le ton et la réaction de FSC. Nous soulignons que nous sommes heureux de récupérer le certificat et de demeurer le plus important détenteur de certificats FSC au Canada et les plus importants dans le monde», a insisté le porte-parole de PFR, Karl Blackburn.

Ce dernier admet que le président de Résolu a souligné, dans ce communiqué, certaines préoccupations importantes sur les enjeux à venir. Il s'agit des changements que FSC apportera à sa norme au cours des prochains mois et qui modifieront de façon significative la démarche de certification.

Karl Blackburn, porte-parole de Produits forestiers Résolu... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Karl Blackburn, porte-parole de Produits forestiers Résolu

Photo courtoisie

Selon Karl Blackburn, les propos et le ton employés par Richard Garneau n'avaient rien d'une attaque contre les pratiques de FSC ou des critiques sévères à l'endroit des partenaires. Ils résumaient dans l'essentiel des préoccupations soulevées par les associations forestières du Québec et de l'Ontario depuis pratiquement un an. Il s'agit de l'intégration des quatre normes canadiennes pour créer la norme boréale et de l'application de la motion 65 sur les massifs forestiers intacts que plusieurs entreprises craignent de ne pouvoir mettre en application.

«Nous n'avons pas attaqué personne. Nous avons tout simplement agi en toute transparence en soulevant des enjeux importants pour nous», a conclu le porte-parole de Résolu.

Il faudra donc attendre quelques jours avant de connaître le sort réservé à la papetière. La menace d'expulser Résolu et de lui faire perdre tous ces certificats arrive au moment où le ministre des Forêts du Québec est le seul élu des pays producteurs de bois d'oeuvre et pâtes et papiers à prendre la parole dans une conférence organisée par FSC sur la motion 65.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer