La Baie, 3e destination au Québec pour les croisières

Le port d'escale de La Baie a été... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le port d'escale de La Baie a été le troisième plus achalandé au Québec lors de la saison des croisières internationales de 2015, derrière Québec et Montréal.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le port d'escale de La Baie a été le troisième plus achalandé au Québec lors de la saison des croisières internationales de 2015, derrière Québec et Montréal. En effet, 12,2% des passagers de la province ont fait escale à Saguenay.

Ces données, dévoilées par la ministre du Tourisme, Dominique Vien, jeudi, confirment la saison record du quai des croisières de La Baie. En 2015, le port a reçu 38 escales, une hausse de 19% par rapport à 2014. De surcroît, le nombre de croisiéristes a augmenté de 14%.

Devant Saguenay, Québec et Montréal ont respectivement été fréquentés par 45,1% et 24,3% des passagers associés aux croisières internationales. Québec continue d'être la destination la plus courue: elle a reçu plus de navires que jamais, mais le nombre de visiteurs a légèrement diminué. Rien pour décourager la mise à niveau des infrastructures.

Ensemble, les neuf ports ont accueilli 29 navires différents et 373 800 visiteurs, soit 269 940 croisiéristes et 103 940 membres d'équipage pour un total de 435 escales pendant l'année. C'est surtout Montréal qui a fait des gains, avec une hausse d'achalandage de 26%.

À Québec

Tous les navires ont fait un arrêt dans la capitale, qui a reçu environ 168 000 visiteurs, dont plus du quart étaient en embarquement ou en débarquement. Ces passagers qui commencent ou finissent leur croisière à Québec sont les plus payants, car leur séjour est généralement prolongé de quelques jours.

En 2014, un record d'achalandage avait été établi à Québec avec 180 000 passagers. Mario Girard, président-directeur général de l'Administration portuaire de Québec (APQ), ne s'inquiète pas de la petite différence, qu'il attribue à un redéploiement de navires, opération normale dans le marché évolutif des croisières. «C'est une petite baisse, rien de dramatique, on est toujours dans les cycles», a-t-il mentionné.

Tant lui que les trois ministres du gouvernement du Québec participant à la conférence de presse bilan ont insisté sur l'importance des investissements à venir pour développer les infrastructures et l'offre touristique.

À Québec, un projet de 89,5 millions$ est dans les cartons. La superficie de l'actuel terminal de croisières de la Pointe-à-Carcy est appelée à doubler et un terminal gonflable doit être ajouté dans le secteur de l'Estuaire pour la haute saison. La ministre québécoise du Tourisme, Dominique Vien, a assuré que les 35 millions$ réservés par son gouvernement étaient toujours sur la table.

C'est la réponse du gouvernement canadien qui est attendue maintenant. En août, les conservateurs avaient promis jusqu'à 26 millions$, mais ce sont les libéraux qui ont remporté les élections. «On va laisser arriver le gouvernement fédéral, pour voir un peu quelle est sa position par rapport à ça, mais on a quand même entendu pendant la campagne que tout le monde était assez réceptif», a résumé M. Girard.

Pour atteindre l'objectif d'accueillir annuellement 400 000 passagers à Québec d'ici 2025 - un objectif réaliste confirmé par une nouvelle étude, a précisé le grand patron du Port -, il faut des «infrastructures de qualité». «Le projet dans sa forme actuelle ne peut pas se faire sans une contribution du fédéral», a insisté M. Girard, qui refuse d'envisager un projet plus modeste à ce moment-ci.

(Avec Annie Morin, Le Soleil)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer