Les déchets iront à Hébertville-Station

La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean s'engage... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean s'engage à recevoir l'ensemble des déchets de Saguenay et de la MRC.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Tous les déchets provenant du Saguenay prendront la direction d'Hébertville-Station au site géré actuellement par la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean. Il deviendra par le fait même le seul lieu d'enfouissement technique au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Après un an et demi de travail, le comité intermunicipal formé par la régie, Saguenay et la MRC du Fjord-du-Saguenay en est arrivé à une entente dont les grandes lignes seront annoncées en conférence de presse cet après-midi à Alma. Dès ce matin, le conseil municipal de Saguenay se réunira en séance extraordinaire afin d'entériner le contenu de cette entente négociée jusqu'à maintenant dans le plus secret.

Selon les informations exclusives obtenues par Le Quotidien, la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean s'engage à recevoir, à compter de la signature de l'entente, l'ensemble des déchets de Saguenay et de la MRC et à procéder éventuellement à l'agrandissement du site d'Hébertville-Station après qu'une vaste consultation des populations concernées aura été menée.

Mentionnons qu'à l'origine, le site d'Hébertville-Station a été projeté pour recevoir une capacité d'enfouissement totale de 2,5 millions de mètres cubes de matières. La capacité annuelle maximale demandée était de 70 000 tonnes de matières résiduelles, avec une moyenne de 50 000 tonnes qui seraient enfouies annuellement sur une période de 42 ans. La durée de vie serait réduite à 30 ans si la moyenne atteignait 70 000 tonnes. L'aire d'enfouissement occupe une superficie de 14,45 ha (environ 250 mètres par 650 mètres) divisée en 13 cellules. Il faudra voir, en vertu de l'entente signée, quels seront les nouveaux paramètres d'exploitation du site.

Réduction

Cette nouvelle orientation devrait permettre d'optimiser l'efficacité de la gestion des matières résiduelles dans la région, tout en créant et en déployant de nouveaux programmes comme le prévoit la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Dans son plan d'action 2011-2015, le gouvernement du Québec vise à ramener à 700 kg annuellement par personne la quantité de matières résiduelles éliminées, soit une réduction de 110 kg par habitant par rapport à 2008. Pour y parvenir, on prévoit recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduel. Le recyclage de 60 % de la matière organique putrescible, un objectif qui est loin d'être atteint actuellement, figure dans le plan d'action provincial tout comme la valorisation des résidus de béton, brique et d'asphalte.

Dans sa politique, Québec favorise la prise en compte des déchets produits par les secteurs industriel, commercial et institutionnel (ICI) dans le cadre d'un exercice de planification régionale, ce qui favoriserait l'entente qui sera annoncée aujourd'hui.

Pour faire accepter l'entente, les élus devraient annoncer qu'elle est susceptible de générer des retombées économiques importantes, le tout dans le cadre d'une vaste campagne d'information publique.

Selon l'échéancier prévu, l'entente entrera en vigueur à compter de sa signature et prendra fin le 27 septembre 2018. Toutefois, elle est renouvelable automatiquement pour des termes successifs de 10 ans jusqu'à ce que le site d'Hébertville-Station ait atteint sa durée de vie utile.

Mentionnons que dans les dernières semaines, certains élus de Saguenay, dont les membres de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), avaient exprimé publiquement des inquiétudes au sujet du dossier de la gestion des déchets. Le site d'enfouissement actuel de Saguenay et de la MRC du Fjord au centre technologique AES appartenant à Matrec près du boulevard Talbot ne pourra plus enfouir de déchets à compter du 30 novembre 2017.

Interrogé hier par la journaliste du Quotdien Laura Lévesque, le président de la RMR Lac Saint-Jean, Lucien Boily, n'a pas voulu confirmer ou infirmer le contenu de l'entente.  Le préfet André Paradis a toutefois convié ses collèges maires et conseillers à participer à la conférence de presse.

Budget

Les élus de la MRC du Fjord-du-Saguenay ont adopté hier soir un budget équilibré de 12,7 M$ en croissance de 200 000 $ comparativement à l'exercice 2015.

La MRC diminuera la taxation des territoires non organisés pour la faire passer de 50 cents à 45 cents du 100 $ d'évaluation. Dans le cadre de ses prévisions, le conseil prévoit investir 600 000 $ supplémentaires pour l'entretien des routes forestières et la gestion des déchets en TNO. Les quotes-parts des municipalités représenteront 10 % des revenus de la MRS.

Des revenus de 8,3 M$

Les prévisions budgétaires de la MRC prévoit des revenus totaux de 8,3 M$ comparativement à des charges de 8,2 M$.

Pour la partie relative aux territoires non organisés (TNO), la MRC prévoit des revenus totaux de 3 M$ et des charges de 4,4 M$ pour un déficit de fonctionnement avant conciliation à des fins fiscales de 1,3 M$.

L'organisme prévoit affecter 729 000 $ au nouveau service du développement économique tandis que les dépenses reliées à la gestion des TNO représentent 4,4 M$ des dépenses, soit 35 %.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer