La Maison Le Chêne verra le jour en 2016

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette et... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette et le premier ministre Philippe Couillard ont annoncé la construction de la Maison des soins palliatifs Le Chêne à Jonquière.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les premiers bénéficiaires de la future maison de soins palliatifs de Jonquière, , devraient y faire leur entrée au mois de septembre 2016. Il s'agira alors de l'aboutissement de plus de 10 années de discussion et de travail.

La maison en soins palliatifs sera érigée à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

La maison en soins palliatifs sera érigée à côté du CHSLD Deschênes, à Jonquière. On y retrouvera 12 lits.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, ont officiellement annoncé le début de la construction de cette résidence de 12 lits, lundi matin, lors d'un point de presse.

La future maison réunira sous un même toit l'offre de services de la Maison Notre-Dame du Saguenay et celle de la Maison Le Chêne à la suite d'une entente intervenue entre les deux groupes.

Le gouvernement du Québec injectera 350 000 $ pour la réalisation du projet.

Le budget global du projet aura une valeur d'environ 4 millions $ lorsqu'il sera mené à terme. Déjà les membres du conseil d'administration ont réussi à récolter 1,9 million $.

La construction se mettra en branle dès le début de 2016 par l'aménagement de l'entrée du site, afin d'accueillir les bénéficiaires dans la bâtisse qui sera construite à côté du Centre hébergement de soins de longue durée (CHSLD) Deschênes.

« Ça démontre notre volonté d'appuyer des projets de maisons de soins palliatifs et ça s'inscrit dans une longue suite de gestes pour améliorer les soins de fin de vie au Québec », a exprimé le premier ministre, qui est aussi député de Lac-Saint-Jean.

Philippe Couillard a d'ailleurs rappelé que la politique de soins de fin de vie existe au Québec depuis 2004.

Pour la Maison Le Chêne, le budget annuel, pour les 12 lits et les deux lits pour les aidants naturels, sera de plus de 1,8 million $. Le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) participera à la hauteur de 40 pour cent du budget, soit 71 000 $ pour chaque lit (850 000 $). La balance sera fournie par l'organisme à but non lucratif.

Le premier ministre du Québec a d'ailleurs tenu à rendre hommage à la participation de la communauté. Elle a collaboré grandement au financement du projet, y incluant les Caisses populaires Desjardins (150 000 $) et la Ville de Saguenay (250 000 $ et des services).

La maison sera construite sur les terrains du CHSLD Deschênes, à Jonquière, sur un terrain cédé par le gouvernement du Québec.

Elle aura une superficie de 1500 mètres carrés et mesurera 350 pieds de long (111 m) par 45 pieds de large (15 m).

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, était bien heureux de cette annonce.

« Notre politique est de faire en sorte que la population puisse avoir de bons soins en fin de vie. Dans les maisons de soins palliatifs, on retrouve une chaleur humaine hors du commun. Cette chaleur existe partout dans le réseau, mais elle est plus concentrée dans ces maisons », dit-il.

La région a atteint le ratio d'un lit de soins palliatifs par 10 000 citoyens. Il y en a trois à Dolbeau-Mistassini, quatre à Roberval et six à Alma.

« Et là nous venons consolider cette offre de services avec les 12 lits à la Maison Le Chêne », a précisé le ministre Barrette.

Les soins resteront gratuits

(SB) - « La nouvelle maison en soins palliatifs continuera d'offrir gratuitement aux personnes en fin de vie les soins cliniques de haute qualité visant à assurer leur confort. »

Le président du conseil d'administration de la Maison Le Chêne, de Saguenay, André Tremblay, confirme que les soins demeureront gratuits malgré la construction d'une toute nouvelle résidence et de son nouvel emplacement à Saguenay.

M. Tremblay est heureux de l'annonce de la construction, surtout qu'elle arrive après l'entente entre les dirigeants de la Maison Notre-Dame du Saguenay et de la Maison Le Chêne sur la suite des choses.

« Cette entente nous permettra de répondre aux besoins des gens du Saguenay. Pour ce qui est du financement, nos campagnes ne se feront pas uniquement à Jonquière, mais aussi à Chicoutimi et sur tout le territoire de Saguenay », ajoute M. Tremblay.

Au CIUSSS, la directrice générale Martine Couture estime que cette maison de soins palliatifs était nécessaire.

« Il s'agit d'une annonce très significative. En février dernier, nous avions le mandat de travailler de concert avec les deux maisons pour obtenir une entente sur l'organisation des services en soins palliatifs au Saguenay. Cette entente est le fruit d'un travail de collaboration entre deux organismes qui poursuivent une mission commune : offrir des soins palliatifs de fin de vie, accompagner l'usager, sa famille et ses proches dans le cheminement. Il faut souligner le travail sans relâche des responsables des deux maisons, de même que le professionnalisme des bénévoles et des employés », de dire Mme Couture.

Cette dernière croit que la maison Le Chêne répondra aux besoins d'une population vieillissante, qui vit plus longtemps et qui aura besoin de plus de soins.

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, n'a pas caché vivre une belle journée.

« Ça fait longtemps que l'on parle de ce projet. Je trouve que c'est une formule extraordinaire, qui est bien encadrée. Mourir dans la dignité, c'est ça. On va entourer les gens. Ils auront un appui médical et spirituel. Lorsque l'on arrive à ce moment-là, on sait que ça va arriver et peut-être plus vite que l'on pense, on veut que ça se finisse bien », note le maire de Saguenay.

Pour sa part, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, se dit heureux de voir l'aboutissement de ce projet.

« C'est un pas de plus. La subvention de 350 000 $ est celle que j'avais annoncée alors que j'étais ministre des Affaires municipales en 2014. La principale annonce concerne l'entente entre les deux maisons. Il faut souligner le travail effectué par les bénévoles. Aujourd'hui, on peut enfin voir l'aboutissement de toutes ces discussions, qui permettra aux usagers de se retrouver dans une maison de vie, même si cela en est une de fin de vie », conclut Sylvain Gaudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer