Saint-Nazaire va en Cour supérieure

Saint-Nazaire poursuit les démarches judiciaires contre son ancien directeur... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Saint-Nazaire poursuit les démarches judiciaires contre son ancien directeur des loisirs, Maxime Gagné. Après avoir essuyé deux revers dans ce litige, l'administration municipale tente un ultime coup en Cour supérieure.

Au printemps dernier, rappelons-le, Saint-Nazaire a été blâmée par la Commission des relations de travail pour avoir congédié son cadre sans cause juste et suffisante, en 2013. Cette décision a ensuite été contestée par les avocats de la municipalité. Le tribunal, qui a entendu une fois de plus les arguments de la Ville, a finalement rejeté cette contestation, l'été dernier.

Après une courte réflexion, les élus nazairois ont finalement décidé de porter cette deuxième décision en appel. L'audience se tiendra à la mi-décembre, au Palais de justice d'Alma.

Cette décision de poursuivre les démarches a suscité quelques réactions dans la communauté. Certains parlent d'acharnement, alors que d'autres appuient les élus.

«Oui, il y a des coûts supplémentaires et on ne connaît pas le résultat. Mais on pense que ça vaut le coup», laisse tomber le maire Martin Sauvé, ajoutant que cette tentative sera la dernière dans ce dossier.

Dans ce dossier, la municipalité a toujours invoqué une restructuration administrative pour justifier le licenciement de Maxime Gagné. Les juges n'ont toutefois pas encore cru la version des représentants des élus.

75 000$ en frais d'avocats en 2015

Le litige opposant Saint-Nazaire à son ancien cadre a coûté en moyenne 112 $ par contribuable, et ce, seulement pour l'année 2015. En incluant les factures d'avocat des années précédentes, celles à venir et, dans le cas d'une victoire de Maxime Gagné, ses frais d'avocats et une généreuse compensation, le montant devrait dépasser les quelques centaines de dollars par foyer.

Le maire Martin Sauvé n'a pas voulu donner le montant précis dépensé dans ce dossier depuis le congédiement de M. Gagné, en 2013. La municipalité dispose d'un budget annuel d'un peu plus de 2 millions $. Le Progrès-Dimanche a tenté d'obtenir cette information par le biais d'une demande en vertu de la Loi d'accès à l'information. Une demande refusée, en raison des procédures judiciaires toujours en cours.

Mais la liste des contrats publics de plus de 25 000 $, pour l'année 2015, montre que la municipalité a défrayé 75 000 $ à la firme Rochefort et associés de Montréal. Un peu plus tôt cet automne, une facture de près de 15 000 $ a été payée à Cain Lamarre Casgrain Wells, la firme qui avait d'abord eu le mandat dans le dossier de Maxime Gagné.

« En tout, le montant va approcher deux ou trois ans de salaire de M. Gagné. Pour la municipalité, ce n'est donc pas plus d'argent. Car on ne l'a pas remplacé. On n'a pas de directeur des loisirs », répond le maire voulant se défendre de dépenser une importante somme dans cette cause.

La municipalité a décidé de faire affaire avec une firme montréalaise, recommandée par l'ancienne directrice générale de Saint-Nazaire, Desneiges Simard. Cette dernière, précisons-le, a démissionné il y a quelques mois, justifiant l'incompatibilité entre son poste de fonctionnaire et son importante implication dans la cause du cancer.

Saint-Nazaire n'a pas effectué d'appel d'offres ou du moins, invité deux firmes à soumissionner pour ce mandat, comme la loi le prévoit pour les contrats dépassant les 25 000 $.

Des petits contrats

Selon l'explication du maire, la municipalité a fonctionné par «petits contrats» dans le dossier de Maxime Gagné.

« Quand on commence un tel dossier avec des avocats, on sait où ça commence, mais on ne sait pas où ça finit. On n'a pas donné un contrat de 75 000 $. C'est l'ensemble des contrats qui donnent ce montant pour 2015 », précise le maire, confirmant que la firme n'a travaillé que sur le dossier de Maxime Gagné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer