Une preuve de mauvaise foi, selon Bouchard

Georges Bouchard rappelle qu'au lendemain de l'annonce d'une... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Georges Bouchard rappelle qu'au lendemain de l'annonce d'une loi spéciale, le syndicat qui regroupe les 450 employés en lock-out dans les 26 garages a immédiatement fait connaître publiquement son ouverture à la négociation.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président du Syndicat démocratique des employés de garage CSD du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Georges Bouchard, affirme que les concessionnaires d'automobiles lui donnent raison sur toute la ligne quand ils s'insurgent contre une loi spéciale et évoquent la menace d'une contestation devant les tribunaux.

Georges Bouchard rappelle qu'au lendemain de l'annonce d'une loi spéciale, le syndicat qui regroupe les 450 employés en lock-out dans les 26 garages a immédiatement fait connaître publiquement son ouverture à la négociation. Il a alors ajouté qu'il n'attendait qu'un appel du médiateur gouvernemental pour retourner à la table.

«Je l'ai déjà mentionné et je le répète. Ces gens-là n'ont aucune empathie pour les travailleurs. Ils sont prêts à tout pour gagner, avoir raison et écraser le syndicat et les travailleurs. Depuis le début, on nous fait passer pour des menteurs. Les gens voient bien aujourd'hui qui des deux ne veut pas négocier puisque ce n'est pas nous qui voulons contester une loi qui ne fait que nous obliger à atteindre un résultat», précise Georges Bouchard.

Pour appuyer ses prétentions quant aux nombreuses sorties de la corporation des concessionnaires voulant que le syndicat refuse de négocier, Georges Bouchard est prêt à déposer publiquement tous les documents que le syndicat a présentés aux différentes tables de discussions pour démontrer que la mauvaise foi est de l'autre côté de la table.

«Les concessionnaires ne pourront pas le faire, car depuis le début du lock-out, ils n'ont déposé aucun document important. Ce qu'ils ont présenté ne tient même pas sur une page de format régulier. Ils n'ont jamais voulu négocier sérieusement et ils confirment qu'ils ne veulent pas plus.»

Le directeur général de la Corporation Sylvain Gauthier a indiqué que le syndicat n'avait pas donné suite au dépôt par le médiateur Normand Gauthier d'une hypothèse de règlement. Georges Bouchard rétorque qu'il s'agit d'un mensonge. Au risque de se faire accuser de négocier sur la place publique, il identifie plusieurs points sur lesquels le syndicat a accepté des ouvertures dans la contre-proposition préparée à l'intention du médiateur, comme c'est généralement la façon de faire dans ce genre d'exercice.

«Nous avons présenté des solutions pour l'horaire de cinq jours 40 heures avec des variations aux deux semaines pour un certain nombre de classes d'emplois. Il y a eu une modulation pour l'ouverture à la sous-traitance avec un effectif maximal. L'employeur peut aller en sous-traitance lorsqu'un employé prend une retraite s'il n'y a pas de mise à pied. Ce sont des exemples concrets de ce que nous avons avancé. Ils ne peuvent pas le nier.»

Georges Bouchard a beaucoup de difficulté à croire que les concessionnaires en conflit sont sérieux quand ils affirment que le processus de médiation actuel est suffisant et que le projet de loi spécial doit être retiré: «Quand vous voulez vraiment négocier avec le syndicat, vous arrêtez d'envoyer toutes sortes d'actions judiciaires au syndicat et à ses membres. On a encore reçu une mise en demeure hier pour un paquet de palettes qui obstruait une entrée. C'est rendu n'importe quoi tout le temps et ça ne finit plus.»

La semaine dernière, l'employeur faisait parvenir des avis de mise à pied en les justifiant par la fermeture de l'atelier de carrosserie chez PACO de Chicoutimi, dont le président du syndicat Georges Bouchard. Malgré ces récriminations, le leader syndical dit être toujours en attente d'un appel du médiateur du ministère du Travail pour négocier une convention collective.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer