Redorer l'image d'Hydro-Québec

Le président et directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le président et directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, est natif de Roberval. Il est entré en fonction au début de l'été.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le nouveau président et directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, veut redorer l'image de la société d'État. Ses priorités? Améliorer le service à la clientèle et être plus présent auprès des travailleurs.

Robervalois d'origine, Éric Martel était de passage devant les membres de la Chambre de commerce du Saguenay, hier midi. Entré en fonction au début de l'été, il a également profité de sa visite dans la région pour rencontrer une centaine d'employés d'Hydro-Québec. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 800 personnes travaillent pour la société d'État.

« Ma priorité est vraiment d'améliorer notre image. Je ne veux pas dire qu'Hydro-Québec avait une image négative avant mon arrivée, mais je souhaite me rapprocher des gens, visiter les travailleurs dans toutes les régions du Québec. La communication est la clé et Hydro-Québec était moins présente, au cours des dernières années. Surtout, nous mettons en place un plan stratégique pour améliorer le service à la clientèle. Notre objectif est de devenir le meilleur dans le domaine d'ici les prochaines années. Le temps d'attente pour les clients, que ce soit des particuliers ou des entreprises, est trop long, nous devons améliorer ça », a affirmé M. Martel, qui était heureux de venir faire une saucette dans sa région natale.

Améliorer la productivité, augmenter l'exportation vers le nord-est des États-Unis et trouver de nouveaux créneaux dans l'innovation font également partie des priorités du nouveau président et directeur général d'Hydro-Québec.

« Cette année, Hydro-Québec a investi 100 M$ en recherche et développement. L'innovation est très importante pour moi, de même que l'augmentation des ventes d'électricité à l'étranger. Actuellement, l'exportation représente 13 % des ventes d'électricité. Mais évidemment, la priorité reste les Québécois. Nous desservons tout de même quatre millions de clients dans la province », a affirmé M. Martel devant la cinquantaine d'invités présents au dîner de la Chambre de commerce du Saguenay, qui avait lieu au Montagnais.

Situation chez RTA: pas de commentaire

Le président et directeur général d'Hydro-Québec, Éric Martel, a refusé de commenter la menace de conflit qui plane à l'Usine Alma de Rio Tinto Alcan.

Lors du dernier conflit à l'aluminerie d'Alma, à l'hiver 2011-2012, RTA avait écoulé ses surplus d'énergie en les vendant à Hydro-Québec, en vertu d'ententes secrètes. Cette façon de faire avait été vivement contestée par les travailleurs en lock-out.

Selon les chiffres avancés par le Syndicat des Métallos, la société d'État avait dépensé 90 M$ inutilement en achetant les surplus d'électricité de RTA. Alors qu'une nouvelle menace place sur cette même usine et que la société d'État se trouve encore en situation de surplus énergétique, le PDG d'Hydro-Québec a été appelé à commenter la situation de 2011.

Toutefois, Éric Martel a préféré s'abstenir, affirmant que les discussions se poursuivent entre les parties patronales et syndicales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer