Conduite avec facultés affaiblies

Simoneau règle ses comptes avec la justice

Justin Simoneau a vécu une matinée bien particulière le 15 août 2010. À trois... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Justin Simoneau a vécu une matinée bien particulière le 15 août 2010. À trois reprises, lui et deux de ses copains ont baissé leur pantalon devant les vitrines de trois commerces de Saguenay.

Plus de cinq années plus tard, l'individu de 26 ans a finalement réglé son dossier devant la justice. Il a plaidé coupable, vendredi matin, à une accusation de... conduite avec les facultés affaiblies. Il a présenté des taux de .230 et de .221, près du triple de la limite permise de .08.

En fait, le matin des événements, les trois amis se sont arrêtés devant le local d'un club d'entraînement du boulevard Talbot, à Chicoutimi. Ils se sont ensuite dirigés vers le restaurant Cora où une personne est entrée en contact avec les policiers pour leur donner une description de la voiture et des individus.

Le trio a terminé son périple exhibitionniste au Walmart de Chicoutimi, où là aussi un employé a communiqué avec les policiers pour leur donner la même description du véhicule et des individus.

Au moment de l'arrestation des trois personnages, Simoneau se trouvait au volant du véhicule. Rapidement, les policiers de Saguenay ont remarqué des symptômes d'un individu en état d'ébriété. Ils ont même aperçu des traces de poudre blanche, possiblement de la cocaïne, sous le nez du jeune homme.

«Mon client n'est pas très fier de ce qu'il a fait. Il a changé de vie depuis ce temps. Il a repris les études et termine son diplôme d'études professionnelles en électronique. Il sait aussi qu'il va perdre son emploi de livreur pour un restaurant de Québec, où il demeure maintenant», de noter Me Roseline Bouchard-Zee.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a tranché entre la suggestion de la défense d'imposer une amende de 1200$ et celle de la Couronne (1500$) en le condamnant à payer 1400$ en plus de la perte de son permis pour une période de 12 mois.

Quant aux actes de grossières indécences et de la présence de poudre blanche sous le nez de Simoneau, aucune accusation n'a été déposée par les policiers et la Couronne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer