Mieux comprendre les jeunes pour mieux les aider

Linda Paquette, professeure-chercheuse en psychologie, se spécialise en... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Linda Paquette, professeure-chercheuse en psychologie, se spécialise en psychologie sociale et en psychologie du développement des adolescents.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

PAGE UQAC - Mieux comprendre les adolescents pour pouvoir mieux les aider et faire tomber les préjugés à leur endroit.

C'est ce qui anime Linda Paquette, professeure-chercheuse à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Depuis ses études doctorales, au début des années 2000, elle s'intéresse à la psychologie du développement de l'adolescent.

«Je crois que mon intérêt envers la psychologie de l'adolescent provient de mes questionnements sur ma propre adolescence. [...] On entretient beaucoup de préjugés sur la jeunesse. Il faut briser ces mythes. Mieux comprendre les jeunes permet de développer des modèles d'intervention différents, car les modèles traditionnels n'ont pas toujours bien fonctionné», explique la professeure au sujet de ses motivations, lors d'un entretien avec Le Quotidien.

Elle s'intéresse entre autres, par le biais de différentes études, aux mécanismes qui amènent les jeunes à prendre des risques lorsqu'ils pratiquent des sports de glisse, tels que la planche à neige, le ski alpin, ou encore les sports qui gagnent en popularité comme la planche à neige tractée (snowkite).

Les accidents sont la première cause de mortalité chez les jeunes, pointe Linda Paquette à ce sujet, que ce soit un accident survenu en pratiquant un sport de glisse ou un accident de la route, par exemple.

«Nous voulons comprendre le comportement de prise de risques. On observe de façon générale que les jeunes, et les garçons, ont tendance à prendre plus de risques et à se blesser plus souvent», explique Mme Paquette.

Nouvelles technologies

L'impact des nouvelles technologies, telles que les cellulaires et les caméras, sur les comportements des jeunes sur les pentes fait aussi partie de ses champs d'intérêt.

«Les jeunes ont tendance à prendre plus de risques devant un public. Mais maintenant le public n'a pas besoin d'être là physiquement pour ensuite être témoin de ce qui s'est passé. C'est un phénomène qui est nouveau», souligne-t-elle. Des données préliminaires indiquent que les jeunes, même les adultes, ont tendance à prendre plus de risques dans une telle situation devant la caméra.

Linda Paquette agit aussi à titre de co-chercheuse dans le cadre d'une étude portant sur la consommation de boisson énergisante sur les pentes par les jeunes.

Les données des études réalisées sont toujours transmises aux différentes écoles, centres de ski et ministères impliqués, pour guider l'application de mesures préventives auprès des jeunes.

L'expédition a des effets thérapeuthiques

Le taux de survie des jeunes atteints d'un cancer est passé de 15% à 85% dans les dernières décennies. L'accompagnement de ces jeunes doit donc évoluer en conséquence pour les aider à traverser cette épreuve, ce que les expéditions thérapeutiques réussissent vraisemblablement à faire avec succès.

En compagnie de son équipe, Linda Paquette, professeure-chercheuse en psychologie à l'UQAC, s'est penchée dans les dernières années sur les effets thérapeutiques liés à une aventure, dans le cadre d'un risque contrôlé, tel que proposé par les expéditions thérapeutiques de la Fondation Sur la pointe des pieds.

Des précédentes études ont démontré que la prise de risques lors de la pratique d'un sport de glisse, par exemple, permet à certains jeunes de réguler leurs émotions en sortant de leur zone de confort. «Le but ici est de voir comment sortir de notre zone de confort, avec un encadrement, peu avoir un effet thérapeutique», souligne Mme Paquette.

Pendant quatre ans, à partir de 2011, des jeunes atteints d'un cancer qui ont pris part à une expédition de la fondation ont été suivis, ainsi que leurs parents, avant et après l'expédition, sur une période d'un an.

Les résultats de l'étude ne peuvent être dévoilés pour l'instant, puisqu'ils feront l'objet d'un rapport qui sera publié en janvier.

«Ce qu'on peut dire, c'est qu'il semble y avoir un réel impact qualitatif et quantitatif sur la qualité de vie des jeunes et des parents. [...] Ce genre d'étude montre au domaine médical que les expéditions thérapeutiques sont efficaces, et permettra de former les infirmières qui interviennent auprès d'eux.»

Les infirmières agissent comme premier contact auprès des jeunes pour le recrutement des ces expéditions. Elles accompagnent aussi les jeunes pendant leur aventure.

En bref

Programme populaire

La psychologie est l'un des domaines d'études qui attirent le plus d'étudiants à l'UQAC. Cet automne, le baccalauréat en psychologie et le certificat en psychologie comptent 359 étudiants inscrits. Soixante étudiants sont inscrits au doctorat, qui est obligatoire pour obtenir le titre de psychologue.

Les 10 professeurs en psychologie ne manquent donc pas de travail à travers leurs activités de recherche et leurs implications au sein de la communauté. «Ce n'est pas toujours évident, mais ce qui nous aide à garder le fil, c'est que c'est tellement passionnant!» souligne Linda Paquette.

La popularité des études en psychologie s'explique selon la professeure par l'intérêt de plusieurs à aider les autres et à approfondir des questionnements personnels

Présence attentive

Un programme d'intervention basé sur la «présence attentive», soit une forme de méditation qui permet d'améliorer l'attention et de réguler les émotions, sera mis en pratique en janvier dans une école de la région dans une classe d'élèves souffrant de problèmes de santé mentale. «Nous voulons voir l'impact de ce modèle d'intervention novateur sur l'anxiété des ces jeunes», souligne Linda Paquette. Ce mode de méditation vise à accueillir les émotions sans se juger soi-même ni juger les autres. Un programme s'adressant à tous les adolescents en général, basé sur la présence attentive, est aussi en développement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer