Un pas en avant, selon l'ERD

Josée Néron... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Josée Néron

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Équipe du renouveau démocratique de Saguenay (ERD) considère comme un pas en avant l'offre du président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Provencher, de tenir une séance de travail avec tous les membres du conseil municipal afin de leur permettre de poser des questions sur les choix financiers du maire et des différents comités (travaux publics, sécurité publique, etc.).

L'ERD avait l'intention de déposer une résolution lors de la dernière séance du conseil municipal afin d'obtenir, comme le stipule la Loi des cités et villes, des séances de travail avec la trésorière Christine Tremblay et les directeurs des principaux services de la ville. Lors de la rencontre matinale entre le maire et les conseillers qui le supportent juste avant la séance publique, ces derniers ont décidé de ne pas permettre le dépôt de la résolution pour la tenue de la rencontre.

«Nous n'avons pas obtenu gain de cause sur toute la ligne, mais nous considérons que nous avançons d'un pas avec la rencontre de M. Provencher. Je n'ai rien contre celui qui dirige les finances, mais il aurait été préférable que cette rencontre ait lieu en présence des fonctionnaires responsables de chaque service et de la trésorière de la ville, de façon à ce que tous les conseillers comprennent bien les enjeux de chaque service par rapport à leur réalité», explique celle qui deviendra officiellement la chef de l'ERD samedi.

«Comme c'est toujours le cas depuis la dernière élection, M. Trembay nous dit toujours que ça ne donne rien de faire des rencontres avec tous les conseillers et la direction de tous les services avec la trésorière. Il croit que ça ne se justifie pas puisque d'année en année, c'est le même budget avec des ajustements. Pourtant, nous demandons uniquement que la ville respecte la loi qui précise qu'entre le 15 novembre et le 31 décembre, le conseil doit préparer et adopter le budget», reprend la conseillère.

Elle mentionne que partout au Québec, les conseils municipaux ont mis en place des formules qui permettent à tous les conseillers d'avoir une participation active à la préparation du budget avant de l'adopter.

Josée Néron insiste sur le fait qu'un conseiller municipal peut très bien s'occuper des dossiers de son quartier tout en assumant l'autre partie de son mandat qui est de veiller à la bonne gestion des deniers publics dans son ensemble. L'ERD espère que l'an prochain, le maire Tremblay et les conseillers qui le supportent vont faire preuve d'une plus grande collaboration en acceptant la tenue de séances de travail regroupant tous les conseillers et les directeurs de service.

«Le maire peut dire que d'année en année c'est la même chose, qu'il n'y a pas de changement, on ne voit pas les choses de la même façon. Si c'est toujours la même chose, que ça ne change rien, comment explique-t-il que depuis la création de la grande ville, la dette municipale a doublé? Les budgets sont importants et ont des conséquences sur la situation financière d'une ville», a conclu la conseillère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer