En dépit des critiques du maire

L'ERD va continuer à poser des questions

La conseillère municipale Josée Néron.... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

La conseillère municipale Josée Néron.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Équipe du renouveau démocratique (ERD), va continuer de poser des questions sur la situation qui prévaut à l'Office municipal d'habitation (OMH) qui reçoit chaque année des subventions de l'ordre de 2 M$ de Saguenay. Car pour la conseillère municipale Josée Néron, il est tout à fait justifié que des élus s'intéressent à la gestion des fonds publics pour bien servir les intérêts des contribuables.

La conseillère désignée qui deviendra chef de l'ERD samedi prochain n'a visiblement pas été ébranlée par la lettre publiée dans l'édition du Quotidien d'hier et signée par le maire Jean Tremblay. En gros, le maire Jean Tremblay exige que l'opposition cesse de réclamer ou de faire des enquêtes et consacre son temps au service des citoyens.

Josée Néron n'a aucunement l'intention de se taire ni de cesser de poser des questions quand des fonds publics sont en cause comme c'est le cas à l'OMH.

« Il y a des éléments importants que nous pouvions soulever en ce qui concerne l'OMH. Il y a en premier lieu un malaise au conseil d'administration quant à la sélection du directeur général Éric Gauthier. On a évité de discuter au conseil d'administration de la fraude électorale commise par M. Gauthier. Un autre élément majeur et ce n'est pas rien concerne l'enquête menée par l'UPAC sur les opérations antérieures de l'OMH », explique Jose Néron.

L'ERD considère dans ces circonstances qu'il y aurait lieu de pouvoir questionner les membres du conseil d'administration de l'OMH sur chacun de ces problèmes révélés au grand public au cours des deux dernières semaines.

Elle ne comprend pas l'opposition du maire à ce que des élus tentent de vérifier si les fonds publics sont bien administrés dans une situation où des signaux évidents confirment qu'il y a des problématiques ou du moins des questions à poser quant à la gestion de l'organisme.

« Je tiens à ce que ça soit bien compris. Le fait de s'assurer que les fonds publics sont bien gérés, c'est ça aussi d'être au service du citoyen et dans le cas qui nous préoccupe, c'est tout à fait justifié puisque même la Société immobilière du Québec indique qu'elle n'a pas l'intention d'intervenir. Si nous ne le faisons pas, qui va le faire? », demande la conseillère.

L'ERD rappelle qu'en fin de semaine, une nouvelle faisait état de la candidature d'une directrice générale d'un OMH de la Côte-Nord détenant une vaste expérience. La principale intéressée n'a jamais eu de nouvelle de l'OMH de Saguenay après une première rencontre : « M. Gauthier n'a aucune expérience de la gestion d'un OMH et il est le seul à voir sa nomination recommandée et une personne qui a de l'expérience n'est pas considérée. Il serait peut-être opportun de prendre le processus d'embauche et de le confier à une firme qui n'a aucun lien avec la Ville. »

Dans la lettre qu'il adresse à la conseillère, Jean Tremblay reproche à l'ERD de générer des dépenses de 800 000 $ pour les contribuables afin de supporter le cabinet politique de l'opposition. Josée Néron reprend la balle au bond et rappelle au maire de Saguenay qu'il a eu le titre du maire ayant mis en place le plus important cabinet politique au Québec. Elle signale que les contribuables devaient débourser plus ou moins 1 M$ par année pour soutenir ce cabinet alors qu'il n'y avait aucune opposition à l'hôtel de ville.

ltremblay@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer