Projet immobilier: la CAGU dit non, la Ville dit oui

Le projet du Domaine du Luxuor Recreatif a... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le projet du Domaine du Luxuor Recreatif a été refusé à quatre reprises par la Commission d'aménagement du territoire, de génie et d'urbanisme de Saguenay.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Malgré les refus consécutifs de la Commission municipale d'aménagement du territoire, du génie et de l'urbanisme (CAGU), Saguenay donne son appui au projet immobilier Domaine du Luxuor Récréatif, dans le secteur du Club de golf de Chicoutimi.

Le promoteur, Construction immobilière GD, pourra donc poursuivre ses démarches auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). L'approbation de la CPTAQ est nécessaire, puisque la moitié des terrains concernés est située en zone agricole. Le projet, qui se décline en trois phases, est évalué à environ 15 millions $.

À quatre reprises, les élus qui siègent à la CAGU se sont prononcés contre la réalisation du Luxuor. Les fonctionnaires du service d'urbanisme qui ont planché sur le dossier ont également émis un avis défavorable parce que le projet va à l'encontre du schéma d'aménagement mis en place il y a trois ans.

Certains élus qui siègent à la CAGU craignent que le changement de zonage réclamé crée un précédent, ce qui permettrait à d'autres promoteurs d'obtenir des modifications semblables beaucoup plus facilement par la suite. Le phénomène de l'étalement urbain a aussi été invoqué, alors que la construction de nouvelles habitations fait en sorte que de nombreuses résidences peinent à trouver preneur sur le marché immobilier à Saguenay.

Jacques Fortin favorable

Le président de l'arrondissement, Jacques Fortin, tient toutefois mordicus au projet du Domaine du Luxuor Récréatif, qu'il juge structurant pour Chicoutimi. Le conseiller a été le seul membre élu de la commission à se prononcer en faveur de la construction des condos, une position contraire à celle de Jonathan Tremblay, Carl Dufour, François Tremblay et Simon-Olivier Côté. Lors de la dernière assemblée du conseil, tenue lundi, Jacques Fortin a déposé une résolution visant à appuyer la démarche de Construction immobilière GD.

«Quand un promoteur privé veut développer à Chicoutimi, dans mon quartier en plus, je suis attentif. Qu'on donne au moins la chance au monsieur de réaliser son projet. On verra pour la suite», a déclaré Jacques Fortin, en entrevue.

Le président de l'arrondissement signale que des municipalités comme Saint-Honoré et Saint-Bruno gèrent de la croissance et attirent de nouveaux résidents. Saguenay doit aussi, selon lui, placer ses billes.

Jacques Fortin veut éviter que le projet du Luxuor soit renvoyé à la commission d'aménagement du territoire, du génie et de l'urbanisme, où, reconnaît-il, «les fonctionnaires sont plus ou moins d'accord». Le rôle de la commission étant consultatif, le pouvoir décisionnel revient au conseil de ville. Douze échevins ont voté en faveur de la proposition du conseiller Fortin, lundi, alors que sept l'ont rejetée.

L'étalement urbain n'a rien à voir, selon Jacques Fortin

Le président de l'arrondissement de Chicoutimi croit que le phénomène de l'étalement urbain ne doit pas stopper la réalisation du Domaine du Luxuor Récréatif. Selon Jacques Fortin, la Ville devra toutefois amorcer une réflexion sérieuse au sujet de l'avenir de nombreuses maisons âgées présentes sur le marché, des résidences que leurs propriétaires peinent à vendre.

«On est dans une passe où c'est plus difficile. C'est un autre dossier dont le conseil aura à discuter un jour. On a peut-être des devoirs à faire à ce sujet là. Il va falloir se pencher là-dessus», dit Jacques Fortin. Le conseiller estime que Saguenay pourrait mettre en place des programmes de rénovations qui permettraient aux acquéreurs de résidences d'un certain âge de bénéficier de subventions. Il propose aussi la mise en place d'un crédit de taxes accordé aux jeunes familles qui souhaitent acheter une maison ancienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer