Exclusif

Fraude Internet: une PME perd 1 M$

Au moins trois entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont récemment été... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moins trois entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont récemment été victimes d'une arnaque sur Internet. L'une d'entre elles a été dévalisée d'une somme de près d'un million de dollars dans le cadre d'une opération internationale appelée la Fraude du président. Même si cela pourrait être difficile, la compagnie tentera de récupérer l'argent.

Le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), Bruno Cormier confirme au Progrès-Dimanche qu'une plainte a été déposée à leur bureau au cours des dernières semaines pour une agression informatique.

« Nous avons effectivement eu une plainte, mais le dossier a été basculé à la Sûreté du Québec », mentionne-t-il.

Selon les informations colligées, en septembre dernier, la secrétaire de l'entreprise reçoit un courriel de son patron, qui se trouve en voyage en Europe.

Le document précise que l'employeur est sur le point de réaliser l'achat d'une entreprise européenne. Cette information doit demeurer confidentielle. Et il est impératif que rien ne se soit dévoilé pour le moment.

Il y est précisé qu'un transfert d'argent d'environ 630 000 euros (environ 900 000 $ canadiens) sera nécessaire. On ajoute qu'une personne, identifiée dans le courriel, la contactera pour lui donner les détails de la transaction.

L'employée n'a pas douté de l'origine du courriel, notant qu'il provenait du président et elle savait qu'il se trouvait en Europe.

Le transfert a donc été réalisé.

Ce n'est qu'au retour de voyage du président que la fraude a été constatée. Celui-ci s'est aperçu qu'il manquait près d'un million de dollars dans les comptes de la compagnie.

« Je confirme que nous avons subi une fraude. Mais comme le dossier est encore actif, je ne peux le commenter », a déclaré le président de l'entreprise, lors d'un entretien avec le représentant de Progrès-Dimanche.

Des pourparlers seraient entrepris auprès de l'institution financière afin de comprendre ce qui a pu se produire pour que le transfert s'effectue et afin de récupérer les sommes perdues.

Le président préfère ne pas être identifié. Cela ne l'empêche pas de dénoncer ces fraudes. Il croit important d'en aviser les autres entreprises régionales.

« C'est à se demander si les fraudeurs n'ont pas fait le tour de la région, car d'autres compagnies ont été visées et ont failli être victimes de fraude », a repris le chef de la compagnie.

L'entreprise saguenéenne touchée par la fraude compte près d'une centaine d'employés.

À la Sûreté du Québec, du bureau du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean Tremblay confirme que quelques entreprises régionales ont été la cible des fraudeurs. Il ne peut identifier les compagnies, mais précise que les sommes impliquées auraient pu être très élevées. Des fraudeurs ont tenté de soutirer 215 000 $ américains à une compagnie du Haut-du-Lac et ont fait la même tentative avec BPDL.

« Nous avons été mis au courant aussi des fraudes de grand-mère. Une dame a envoyé 10 000 $ à une organisation croyant que son petit-fils se trouvait dans une mauvaise position. Elle a parlé à une personne qu'elle croyait être son petit-fils et a été convaincue de remettre la somme d'argent. Les gens doivent être vigilants », note Jean Tremblay.

BPDL a été visée à deux reprises

L'entreprise Béton préfabriqué du Lac (BPDL) est parvenue à éviter deux fraudes de plusieurs centaines de milliers de dollars grâce à la vigilance des employés.

Le président Robert Bouchard confirme que deux tentatives ont été tentées à son entreprise d'Alma.

Chaque fois, les fraudeurs se sont adressés à des employés en utilisant le courriel du patron et en parlant directement à une autre personne au téléphone.

«C'est très sophistiqué comme procédé. Les fraudeurs pénètrent notre système informatique et envoient un message à partir du courriel du président. La première fois, le courriel donnait les directives à nos gens des finances pour réaliser une transaction. On demandait à transférer de l'argent pour un dossier au Brésil. Ça s'est passé il y a six ou huit mois», raconte Robert Bouchard.

«Le message disait qu'une personne devait nous appeler vers 15h pour donner les dernières informations pour la concrétisation de la transaction. Mais le contrôleur financier a pris soin de dire qu'il était pour le rappeler. Et lorsqu'il l'a fait, on a raccroché», explique le président de BPDL.

Le président de BPDL, Robert Bouchard, a évité... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

Le président de BPDL, Robert Bouchard, a évité des fraudes informatiques d'importance grâce à la vigilance des employés.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

La deuxième tentative a été moins subtile et plus directe. Les fraudeurs ont contacté directement une employée au téléphone pour confirmer l'envoi d'un chèque pour l'achat d'un équipement de plusieurs centaines de milliers de dollars.

«La façon de procéder était similaire. Une personne devait la contacter pour lui dire de la façon de fonctionner. Mais notre employée s'est dit que ce n'était pas la façon de faire habituelle et elle a contacté les dirigeants afin de s'assurer que l'entreprise avait bel et bien acheté un équipement. Dans ce cas, nous n'avions rien acheté», de dire M. Bouchard.

Si Béton préfabriqué du Lac a pu éviter l'arnaque, c'est que le président en avait entendu parlé une année auparavant.

Lors d'une rencontre du groupe QG 100, il avait été mis au courant de cette fraude internationale.

«On nous avait dit de faire preuve de prudence. Les fraudeurs sont bien préparés et le phénomène du vol prenait de plus en plus d'ampleur», a indiqué le patron de BPDL.

16M$ soutirés au Québec en 2014

« Les plaintes que nous recevons au centre ne représentent que cinq pour cent des fraudes ou tentatives de fraudes réalisées au Canada. Ce n'est que la pointe de l'iceberg. Les gens n'osent pas dénoncer en raison de la honte qu'ils ressentent d'avoir été des victimes. »

La caporale Josée Rousseau, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), est affectée aux services des communications du Centre antifraude du Canada, basé à North Bay, dans le nord de l'Ontario.

Ce centre, qui regroupe des forces de la GRC, du Bureau de la concurrence du Canada et de la Police provinciale de l'Ontario, regroupe une grande partie des plaintes répertoriées au pays pour les diverses fraudes. Et le Québec semble être une cible intéressante pour les fraudeurs.

Au moins trois entreprises du... (Infographie Le Progrès-Dimanche) - image 5.0

Agrandir

Infographie Le Progrès-Dimanche

Questionnée sur la fraude du président par Internet, Mme Rousseau ne cache pas que certains cas ont été acheminés au centre de North Bay.

« Nous avons effectivement entendu ce genre de plaintes à notre centre. Ces fraudes visent souvent de petites compagnies qui possèdent un service de comptabilité. Souvent, les fraudeurs ne font que changer une lettre de l'identité du courriel du président et les employés croient alors recevoir un message véridique de leur patron », ajoute le caporal Rousseau.

Cette dernière précise que la fraude évolue, mais que les paiements réclamés par les fraudeurs doivent se faire par chèque ou en argent comptant. Certaines fraudes s'effectuent avec de l'argent caché dans des livres ou dans des cartes de fête ou de Noël.

« On a déjà découvert jusqu'à 10 000 $ dans les pages d'un livre. Il y a aussi des transferts d'argent par courriel ou avec des groupes comme Western Union ou MoneyGram. Il faut être très prudent avec les demandes de transfert d'argent », avise Josée Rousseau.

Selon les statistiques du Centre antifraude du Canada, l'année 2014 (voir tableau) a été néfaste avec plus de 110 plaintes, dont 37 fraudes pour une somme de 19 millions de dollars. Juste pour le Québec, les pertes ont atteint 16 M$ dans 13 plaintes.

Cette dernière précise que le centre reçoit plus de 200 courriels relatifs à des plaintes et des milliers d'appels téléphoniques chaque semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer