Énergie électrique joint le SCFP

Xuan Lan Vu, porte-parole de Rio Tinto.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Xuan Lan Vu, porte-parole de Rio Tinto.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Après avoir quitté le syndicat d'Unifor en juillet dernier, les quelque 230 travailleurs d'Énergie électrique (nord) de Rio Tinto joignent les rangs du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). Une organisation qui représente notamment des employés d'Hydro-Québec et Hydro-One.

En pleine période de négociations, les syndiqués ont en effet délaissé Unifor pour des «divergences d'opinions». La section nord a donc créé son propre syndicat indépendant, le STEEN, en attendant de trouver chaussure à son pied.

«On a étudié plusieurs organisations. Et les membres ont voté en faveur du SCFP, jeudi soir dernier. On a opté pour eux, car ils ont une division énergie pancanadienne», précise Patrice Girard, président du syndicat des employés d'Énergie électrique (nord).

L'organisation fait partie de la coalition de syndicats de Rio Tinto qui avaient quitté la table des négociations regroupées en juin dernier, insatisfaits des offres soumises par la multinationale concernant le renouvellement des conventions collectives et du fonds de pension qui viennent à échéance le 31 décembre 2015. La coalition regroupe trois autres entités, dont l'Usine Alma, les services ferroviaires/installations portuaires et les policiers.

«La couleur du drapeau, ça n'a pas d'importance. On travaille tous ensemble pour avoir une meilleure convention pour nos membres, mais aussi pour la région», plaide M. Girard.

Les membres de la coalition souhaitent obtenir davantage que leurs confrères des quelque 10 autres installations de Rio Tinto, qui ont conclu une entente avec l'employeur. Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, ils réclament l'indexation de leur pension, ce qui n'aurait pas été accordé dans les ententes.

Les représentants syndicaux de la coalition n'ont pas voulu confirmer ces informations. Ces derniers doivent consulter leurs membres la semaine prochaine, avant de reprendre les négociations.

«On vient de suspendre les négociations pour faire rapport à nos membres. Mais je ne vais pas négocier sur la place publique», annonce d'emblée Alexandre Fréchette, président du Syndicat des travailleurs de l'Usine Alma.

Mais alors que plusieurs croient qu'un conflit est inévitable, ce dernier montre un certain optimisme. «On se trouve dans un autre contexte qu'en 2011 (quelques semaines avant le déclenchement du lock-out). Les conditions sont meilleures. D'abord, nos relations de travail, depuis deux ans, vont mieux. Et nos vis-à-vis semblent avoir compris certaines choses. En revanche, les enjeux de cette négociation sont très importants», laisse tomber M. Fréchette, montrant du même coup qu'il ne lâchera pas le morceau sur le plan des fonds de pension.

Le président syndical réclame aussi des réponses du gouvernement libéral au sujet des clauses qui lient Hydro-Québec à RT. En 2012, rappelons-le, la société d'État a été contrainte d'acheter les surplus énergétiques de la compagnie.

«C'est presque un incitatif au lock-out. Rio Tinto a reçu environ 148 millions$. On veut donc que le gouvernement change la donne. On a fait la demande au printemps lorsqu'on a rencontré le premier ministre. On attend toujours la réponse», soupire M. Fréchette.

Du côté de RT, on souhaite arriver à une entente le plus rapidement possible avec les membres de la coalition, mais en attendant, elle se prépare au pire. Certains cadres retraités ont été contactés par la multinationale en vue d'un possible lock-out.

«Notre priorité est d'arriver à une entente. Mais en même temps, on a la responsabilité de protéger nos actifs. On doit donc se préparer à tous les scénarios», explique Xuan Lan Vu, porte-parole de Rio Tinto.

En date du 30 octobre, la tonne d'aluminium se vendait en moyenne à 1479$. Il faut remonter à 2009 pour retrouver un aussi bas prix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer