UQ: Cloutier dénonce l'idée

Le député jeannois rappelle que l'abolition du réseau... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le député jeannois rappelle que l'abolition du réseau des UQ est une idée qui a été étudiée par le passé, mais qui n'a jamais été retenue.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le gouvernement libéral doit faire marche arrière dans son projet d'abolir le siège social de l'Université du Québec (UQ), somme Alexandre Cloutier. Après le recteur de l'UQAC Martin Gauthier, c'est au tour du député péquiste de dénoncer cette possible fermeture.

«L'abolition du siège social fragiliserait considérablement l'UQAC et les autres universités du réseau, en les privant d'une expertise et de ressources dont elles se sont dotées au fil des ans. Loin de permettre des économies, une telle décision entraînerait de plus des coûts supplémentaires pour les Québécois. Le gouvernement doit rapidement renoncer à cette intention, qui serait une nouvelle attaque aux régions du Québec », plaide par voie de communiqué M. Cloutier.

Le député jeannois rappelle que l'abolition du réseau des UQ est une idée qui a été étudiée par le passé, mais qui n'a jamais été retenue. « Tous les gouvernements qui se sont succédé à Québec l'ont écartée, parce c'est une décision qui serait perdante pour tout le monde. Sans le réseau de l'UQ, les universités de plus petite taille seraient isolées et ne pourraient offrir la même qualité de services. Au final, on se retrouverait à payer en double pour des services qui sont actuellement regroupés. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer