La possibilité forestière sera maintenue

Le sous-ministre du MFFP Richard Savard est entré... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le sous-ministre du MFFP Richard Savard est entré en contact avec le leader syndical d'Unifor qui suit de très près toute la dynamique des aires protégées et les impacts de celles-ci sur la possibilité forestière.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs s'est engagé à ce qu'il n'y ait aucune réduction de la possibilité forestière découlant de la protection administrative d'un vaste territoire de la forêt boréale commerciale situé à l'est du lac Manouane.

Le président du syndicat Unifor de la scierie Mistassini, Daniel Leblond, a vertement critiqué dans notre édition d'hier la décision du gouvernement du Québec de décréter une protection administrative pour la protection du caribou forestier dans la future grande aire protégée des Montagnes Blanches et du lac Plétipi. Une décision qui signifiait une soustraction de 75 000 hectares à la coupe forestière et une réduction de la possibilité forestière pour les scieries du lac Saint-Jean.

Le sous-ministre du MFFP Richard Savard est entré en contact avec le leader syndical d'Unifor qui suit de très près toute la dynamique des aires protégées et les impacts de celles-ci sur la possibilité forestière.

« M. Savard m'a assuré que ce qui a été dit en campagne électorale et lors de l'événement Démo Forêt concernant le maintien des emplois versus le caribou forestier sera respecté. Il n'y aura pas d'impact sur l'emploi malgré la décision de mettre en place une protection administrative de ce territoire », a résumé Daniel Leblond.

Ce dernier a répété au sous-ministre Savard que les travailleurs devaient subir beaucoup de pression avec les informations concernant les approvisionnements forestiers qui sont à la base de la production des usines. Il a rappelé les engagements des politiciens.

Interrogé sur les mesures d'atténuation mises en place pour compenser cette perte de possibilité forestière, Daniel Leblond a indiqué ne pas avoir été informé de la solution. Il sera intéressant de savoir comment le ministère des Forêts va réussir à trouver 75 000 mètres cubes de bois à l'intérieur de l'unité d'aménagement visé puisque selon les calculs du forestier en chef, ce volume n'existe pas en ce moment sans quoi il aurait été intégré à la dernière évaluation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer