Conquérir le golfe Persique

Morin Énertech a entrepris en 2013 des démarches... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Morin Énertech a entrepris en 2013 des démarches auprès d'alumineries du golfe Persique pour exporter sa technologie Sherpa, un appareil de mesure des émanations toxiques de l'aluminium. Le président de l'entreprise, Frédéric Potvin, espère que les démarches entamées porteront leurs fruits en 2016.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Conquérir le marché des alumineries du golfe Persique. C'est le défi, rien de moins, que la jeune entreprise baieriveraine Morin Énertech s'est lancée avec le Sherpa, son innovation technologique d'échantillonnage des émanations toxiques de l'aluminium fabriquée entièrement dans la région.

Fondée en 2009, Morin Énertech a commercialisé le Sherpa en 2011. Le produit conçu par l'entreprise du rang des Chutes, qui oeuvre dans le secteur de l'énergie et de l'environnement, assure une prise de mesure précise des émanations toxiques.

Ces données devaient auparavant être prélevées par des employés qui s'exposaient ainsi à des risques, explique Frédéric Potvin, président de la PME de 25 employés, qui connaît une importante croissance depuis sa création.

«Le Sherpa utilise une méthode internationale de quantification, est automatisé et permet d'obtenir des données plus précises», expose-t-il, lors d'une entrevue avec Le Quotidien.

À l'image des sherpas qui guident les alpinistes sur les sommets de l'Himalaya, le Sherpa de Morin Énertech déploie des outils de mesure en hauteur, au-dessus des cuves d'électrolyse, analyse le positionnement idéal, procède aux relevés et analyses, avant de transmettre les données recueillies via un système informatique sans fil. On l'utilise maintenant dans des usines d'aluminium de Rio Tinto et d'autres alumineries à travers le Canada.

Direction Moyen-Orient

Une fois le produit développé, reconnu et commercialisé, les trois actionnaires de l'entreprise, Claude Houde, de Morin Électrique, Frédéric Potvin et Steeve Waktzing ont alors pensé à faire connaître leur expertise à l'international.

«On s'est dit: "Pourquoi pas le golfe Persique? " On a pris un billet d'avion et on s'est rendus à Dubaï!» raconte M. Potvin. L'énergie à bas prix fait de cette région du globe l'une des plaques tournantes de l'industrie de l'aluminium. Plusieurs grands projets d'aluminerie y ont vu le jour dans les dernières années.

Depuis 2013, des représentants de Morin Énertech se rendent deux à trois fois par année aux Émirats arabes unis. L'entreprise baieriveraine fait d'ailleurs partie du projet Export-Équipementier de la Société de la Vallée de l'aluminium, qui vise à faire reconnaître dans le monde l'expertise des entreprises québécoises dans le secteur de l'aluminium.

Longues démarches

Le président Frédéric Potvin, et Martin Tremblay, directeur des ventes de l'entreprise, sont enthousiastes lorsqu'ils parlent des relations d'affaires qu'ils bâtissent dans le golfe Persique.

Si tout se déroule tel qu'espéré, les premiers Sherpa devraient être livrés au Moyen-Orient au début de l'année 2016. «Nous remplissons présentement nos demandes de préqualification pour devenir des fournisseurs officiels», se réjouit M. Potvin.

Établir des relations d'affaires dans la région du golfe Persique demande de la patience et de la persévérance. Les qualifications professionnelles et techniques ne sont pas les seuls critères qui importent aux yeux des industriels du Moyen-Orient.

«Ils parlent bien anglais, et comprennent bien notre anglais. La langue n'est donc pas une barrière, souligne Martin Tremblay. Mais ils accordent de l'importance aux contacts humains. Quand ils nous voient, ils nous reconnaissent maintenant comme "les Canadiens", alors c'est bon signe!» Après le golfe Persique, Morin Énertech souhaite déployer sa technologie en Europe, en Inde et au Brésil.

Spécialité: réduire les factures d'énergie

Outre ses projets à l'international, Morin Énertech (MÉ) se fait connaître au Québec comme spécialiste de l'efficacité énergétique, notamment dans la réduction des factures d'énergie dans les domaines industriel, commercial et institutionnel.

«On parle souvent de la croissance des coûts des factures d'énergie. Nous proposons plutôt de faire de ce cynisme un dynamisme en allant chercher des économies», pointe Frédéric Potvin, président de la PME.

MÉ procède à l'évaluation de la consommation d'énergie, étudie les contrats qui y sont reliés, et propose des alternatives permettant de réaliser des économies à long terme. Les programmes et subventions disponibles sont aussi identifiés. «C'est tout l'environnement de l'entreprise qui est étudié», précise le gestionnaire. Récemment, par exemple, l'analyse d'un dossier d'un client a permis d'identifier des économies de deux mois de factures d'énergie, soit un total de 40 000$ en économies par an pour ce client.

MÉ offre ses services au Québec, mais ne dispose pas de bureaux à l'extérieur de la région pour l'instant. Une équipe mobile sillonne toutefois les routes québécoises.

L'expertise développée par MÉ lui a valu de faire partie en 2012 du top 10 des entreprises oeuvrant dans le domaine de l'efficacité énergétique par Hydro-Québec, souligne son directeur des ventes, Martin Tremblay. En 2015, MÉ a d'ailleurs été invitée à la demande d'Hydro-Québec à déposer des idées de projets dans le cadre d'un projet-pilote en économie d'énergie qui se déploiera en 2016.

Le Sherpa est entièrement fabriqué en région, dans... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

Le Sherpa est entièrement fabriqué en région, dans les ateliers de Morin Énertech, et grâce au concours d'autres entreprises régionales. Secret industriel impose, il nous est toutefois impossible de publier une photo de l'appareil.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Le Sherpa: un produit régional

Morin Énertech a développé le Sherpa avec l'aide et le support d'entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Si la PME baieriveraine décroche les contrats espérés dans le golfe Persique, qui représente un marché potentiel de plusieurs millions de dollars, les entreprises régionales qui contribuent à la fabrication du produit bénéficieront des retombées du projet.

Le choix de fabriquer le Sherpa en région n'a pas été difficile à faire, explique Martin Tremblay, directeur des ventes de Morin Énertech. «Il y a toute l'expertise et le dynamisme nécessaire dans la région pour développer ce genre de technologies pour l'industrie de l'aluminium», souligne le vendeur, qui ne manque visiblement pas lui-même d'énergie et de motivation.

La proximité des différentes entreprises qui se sont impliquées dans le processus a aussi facilité les communications et la rapidité d'exécution du projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer