C'est l'horreur à la Maison en bas de la côte

  • En visitant la Maison en bas de la côte, les gens soutiennent une bonne cause. L'argent amassé est remis à la Maison Colombe-Veilleux et au Pompier du partage. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    En visitant la Maison en bas de la côte, les gens soutiennent une bonne cause. L'argent amassé est remis à la Maison Colombe-Veilleux et au Pompier du partage.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 1 / 7
  • Martin Ouellet propose une visite qui permet aux gens d'aller au bout de leur peur. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    Martin Ouellet propose une visite qui permet aux gens d'aller au bout de leur peur.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 2 / 7
  • Il faut être âgé de 13 ans et plus pour visiter la maison d'horreur. Une surveillance policière est assurée. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    Il faut être âgé de 13 ans et plus pour visiter la maison d'horreur. Une surveillance policière est assurée.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 3 / 7
  • Dans la Maison en bas de la côte, on retrouve des secteurs pas très rassurants comme celui des clowns démoniaques. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    Dans la Maison en bas de la côte, on retrouve des secteurs pas très rassurants comme celui des clowns démoniaques.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 4 / 7
  • À plusieurs endroits , on retrouve des mannequins mécanisés qui feront frémir les gens. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    À plusieurs endroits , on retrouve des mannequins mécanisés qui feront frémir les gens.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 5 / 7
  • Cette année, deux visites sont offertes. Une première nommée «La soirée des peureux», le jeudi soir, qui se fait sans comédiens. Le lendemain, «Venez affronter vos peurs» propose la totale. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    Cette année, deux visites sont offertes. Une première nommée «La soirée des peureux», le jeudi soir, qui se fait sans comédiens. Le lendemain, «Venez affronter vos peurs» propose la totale.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 6 / 7
  • La Maison en bas de la côte est très courue. Des personnes de partout en région y viennent pour y vivre des sensations fortes. (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

    Plein écran

    La Maison en bas de la côte est très courue. Des personnes de partout en région y viennent pour y vivre des sensations fortes.

    Photo Le Quotidien, Louis Potvin

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les amateurs d'horreur et ceux qui aiment avoir des sensations fortes doivent se rendre jeudi ou vendredi à Saint-Eugène à la Maison en bas de la côte.

Grâce à Martin Ouellet et son équipe, un garage est transformé pour l'Halloween en maison de l'horreur terrifiante. Frissons garantis. Lors de la visite des lieux en plein jour par Le Quotidien, il était facile de s'imaginer l'ambiance qui peut régner entre les murs de ce temple de l'horreur.

C'est lugubre et déstabilisant. Plusieurs «bibites mécanisées» plantées dans des décors dégoûtants feront frémir même les plus braves. On retrouve une boucherie loin d'être appétissante, le secteur des clowns démoniaques donne froid dans le dos, sans parler d'un cylindre optique qui provoque tout un effet de vortex.

«Pour ajouter à l'ambiance, nous avons 70 bénévoles comédiens qui sont éparpillés un peu partout pour faire peur aux gens», souligne Martin Ouellet. Ce passionné de film d'horreur et de l'Halloween achète plein de mannequins, objets et masques liés à l'horreur. Chaque année, il ajoute des éléments pour que la maison soit différente et encore plus épeurante. Pendant plusieurs semaines, il travaille à transformer un garage en temple de l'horreur.

Il y a beaucoup d'ingéniosité et d'inventivité dans ce garage transformé. Les visiteurs vont en avoir pour tous les goûts, il y a beaucoup d'effets techniques surprenants qui font sursautés.

Même si la visite des lieux peut être très effrayante, elle se fait en toute sécurité. Il n'y a pas plus de 25 personnes à la fois dans la maison. Pour ceux qui n'ont pas les reins assez solides, il est possible de sortir sans compléter toute la visite. «Nous avons des sorties après chaque station. Je vous dirais que sur 100 personnes, entre 10 et 15 ne terminent pas la visite. Il faut avoir de bons nerfs», lance en riant Martin Ouellet.

Bon an mal an, la Maison en bas de la côte accueille autour de 2000 personnes. Il n'y a pas de prix d'entrée, mais le promoteur propose une contribution d'au moins 3$. «Il y a 70% des revenus qui vont être versés à la Maison Colombe-Veilleux, 15% aux Pompiers du partage et le reste pour payer mes frais. Je distribue entre 3000 et 6000$ par année», mentionne-t-il.

La Maison en bas de la côte est très courue. Des personnes de partout en région y viennent pour y vivre des sensations fortes.

Cette année, deux visites sont offertes. Une première nommée «La soirée des peureux», le jeudi soir, qui se fait sans comédiens. Le lendemain, «Venez affronter vos peurs» propose la totale. La visite est complète et le promoteur promet que les gens vont avoir très peur. Le site est ouvert de 18 h 30 à 1 h du matin. Aussi, un concours de déguisements est organisé. Ceux qui arrivent costumés courent la chance de gagner des chèques cadeaux de commerçants du secteur Dolbeau-Mistassini.

Il faut être âgé de 13 ans et plus pour visiter la maison d'horreur. Une surveillance policière est assurée. L'alcool est interdit sur le site et les personnes en état d'ébriété ne seront pas admises.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer