De la Pulperie au Vieux-Port... en téléphérique

Ces plans d'architecte illustrent une partie du parcours... (Photo courtoisie)

Agrandir

Ces plans d'architecte illustrent une partie du parcours de 1,7 km, lequel permettrait d'observer plusieurs sites historiques ou points marquants dans l'histoire de Chicoutimi.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Un téléphérique pourrait relier la Pulperie de Chicoutimi et la zone portuaire à compter de 2017. Le projet, piloté par le musée régional, est évalué à 4 millions$. Il s'agirait du premier système de transport par câble aménagé en plein coeur d'une ville au Québec.

Le directeur général de la Pulperie, Jacques Fortin, a confirmé la nouvelle au Progrès-Dimanche à la faveur d'une entrevue réalisée cette semaine. La direction du musée planche sur ce dossier depuis plus de trois ans. Les démarches ont été activées il y a environ un an.

«Le rôle de la Pulperie est d'acquérir, de conserver et de mettre en valeur des objets qui font partie de l'histoire régionale. Mais notre mandat est aussi d'administrer un site patrimonial et historique et d'organiser des activités d'interprétation. On voulait trouver la façon idéale de mettre en valeur l'histoire de la ville. Quoi de mieux que de suivre la rivière Chicoutimi à partir d'en haut?», fait valoir Jacques Fortin.

Le projet, tel qu'il se décline actuellement, vise l'implantation d'un système doté de quatre cabines pouvant accueillir huit personnes à la fois (deux cabines se dirigeant vers le bas, deux vers le haut). La capacité serait d'environ 110 passagers à l'heure. Comme le précise le chargé de projet Raymond Morissette, le nombre de capsules et leur grosseur pourraient être revus lors de l'implantation du téléphérique. Le point de départ serait le bâtiment 1903 et la remontée s'effectuerait à partir de la fontaine de la zone portuaire. Le trajet est estimé à environ 20 minutes.

Le directeur général de la Pulperie, Jacques Fortin,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Le directeur général de la Pulperie, Jacques Fortin, et le chargé de projet, Raymond Morissette, confirment l'intention du musée régional d'implanter un téléphérique en 2017.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Outre les installations de l'ancienne usine de pulpe, les visiteurs pourraient apercevoir le site historique du poste de traite, la Petite Maison Blanche, l'église Sacré-Coeur et le secteur du bassin, ravagé par le déluge de 1996. L'ancien moulin à farine et le barrage de la compagnie Price font également partie des éléments d'intérêt inclus dans le parcours d'interprétation. Les promoteurs croient que le fjord du Saguenay et les monts Valin offriraient un panorama extraordinaire aux utilisateurs du téléphérique. Le coût du billet n'a pas encore été déterminé.

Spécialiste

L'entreprise européenne Doppelmayr a été sollicitée dans ce dossier. Selon Raymond Morrissette et Jacques Fortin, les représentants de la division québécoise du chef de file mondial du transport par câble, à l'origine de l'implantation des téléphériques de Val-Jalbert, de Mont-Tremblant et de la chute Montmorency, ont été littéralement charmés par Chicoutimi.

«Ils nous ont dit que nous avons un super beau site. La vue est magnifique et le trajet donnerait le temps aux gens de faire un très beau tour. Ce serait très intéressant d'un point de vue touristique, je pense aux croisiéristes, par exemple, mais aussi pour la population locale et régionale», renchérit Jacques Fortin.

La proposition de Doppelmayr est un projet clé en main et inclut les fondations, les pylônes, les câbles et les cabines. Plus ou moins 15 pylônes devront être aménagés pour soutenir le système câblé, mais quelques ajustements pourraient être nécessaires en cours d'implantation. Le directeur de la Pulperie assure que les poteaux seront installés sur des terrains appartenant à la Ville, sauf peut-être pour une structure qui pourrait être requise dans le secteur des HLM de la rue Racine. Le promoteur croit que très peu d'inconvénients seraient causés aux citoyens qui habitent le centre-ville.

Un téléphérique pourrait relier la Pulperie de Chicoutimi... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Photo courtoisie

Subventions requises: Jacques Fortin est confiant

Au cours des prochaines semaines, la direction de la Pulperie frappera aux portes de diverses instances et paliers de gouvernement afin de boucler le financement nécessaire à l'implantation du téléphérique.

Des 4 millions$ requis, Jacques Fortin estime à environ 80 pour cent la portion «subventionnable» du projet. Jean Tremblay est déjà au parfum et, selon le directeur, le maire est emballé par une telle initiative. Le nouveau député libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, sera bientôt sensibilisé à la démarche et une demande officielle cheminera prochainement vers les bureaux du Fonds canadien pour les espaces culturels. La Pulperie a ciblé une poignée d'organisations ou programmes qui pourraient contribuer financièrement à l'implantation du téléphérique. L'Association touristique régionale en fait partie.

Le plan de match est que le téléphérique de la Pulperie soit accessible trois saisons sur quatre. Cela dit, Jacques Fortin et son collègue chargé de projet, Raymond Morissette, n'excluent pas la possibilité qu'un nombre d'excursions puisse être offert en période hivernale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer